Baisse de motivation : conseils pour un régime qui redémarre dès la fin de cet article !

by - 14:18

Bon, qu'on se le dise, un amaigrissement sans baisse de régime (ahah) c'est quasiment impossible. C'est une bataille, un combat et ça demande une énergie incroyable.

Même si vous êtes ultra motivée, vous risquez de passer par des périodes plus difficiles que d'autres. L'été, les vacances, un palier, un anniversaire, une simple baisse de moral, un virus... la vie se charge de nous contrarier dès qu'elle en a l'occasion. Et comme nous ne sommes pas des robots, on déraille !
Je vais vous donner quelques idées, conseils, pensées (je ne sais pas exactement comment appeler cela) pour vous requinquer en moins de deux. 

Deux principaux problèmes se présentent à nous, les craquages et les paliers.

J'ai eu tellement de périodes de craquages que ça pourrait se compter en années ! Le matin tout va bien, le midi c'est plus compliqué et le soir c'est la folie furieuse : pizza, bonbons, chocolat... je maîtrise parfaitement le sujet. 

Je vais vous donner ma définition du craquage = orgie alimentaire/perte de contrôle... Je ne parle pas d'un carré de chocolat, je parle de trois croissants, d'une tablette de chocolat, d'un paquet de gâteaux entier... de quelque chose de compulsif qui fout littéralement en l'air votre journée. 
Arrêtez-vous deux secondes, stoppez tout, asseyez-vous au calme et réfléchissez quelques minutes. 

Que souhaitez-vous vraiment ? Jouir des délices qui débordent de vos placards ? Vous régaler à tout prix ? Manger jusqu'à en avoir mal au ventre ? Ou maigrir, changer et atteindre vos objectifs ?
Si la réponse est la seconde, ce n'est pas en vous comportant comme avant que vous y arriverez. Il faut changer, pour de bon. La nourriture n'est pas le seul plaisir de votre vie, pour les gens obèses ou en surpoids, c'est même l'inverse. Un poison, une drogue qui fait du bien puis qui détruit... le moral, la santé et l'estime de soi.

Personne ne vous oblige à vous rendre dans la cuisine : VOUS vous levez, VOUS ouvrez les portes des placards et VOUS portez la nourriture à votre bouche. Au quotidien, êtes-vous capable de dire non ? Si quelqu'un vous propose une cigarette alors que vous avez arrêté de fumer depuis 10 ans, vous dites non ? Si votre copine vous propose de passer la journée dans un musée qui retrace l'histoire de la petite cuillère, vous dites non ? Si un tordu de 35 ans de plus que vous invite à boire un verre dans sa cave, vous dites non ?

Alors, vous savez donc dire non. Il ne vous reste plus qu'à apprendre à VOUS dire non. Et si vous ne vous sentez pas les reins de gérer ce problème à 100%, arrêtez d'acheter des saloperies. Vous avez des enfants ? Ont-ils RÉELLEMENT besoin de biscuits, de chips et de bonbons pour grandir ? La croissance d'un enfant dépend-elle d'une consommation quotidienne de Nutella ? Seront-ils plus heureux avec tout cela ? Ne préféreraient-ils pas un chic gâteau au yaourt fait par papa ou maman ? Ne serait-ce pas mieux de leur apprendre à se régaler avec des superbes fruits et de faire de ces produits industriels des petits plaisirs occasionnels ? 

Une famille soudée appréciera d'aider l'un de ses membres. Pensez à vous !

Parlons ensuite des paliers... c'est la grosse déprime. J'ai passé plus d'un mois à ne pas perdre un seul foutu gramme ! Sans raison : régime sans aucun écart, sport, motivation à fond. J'étais désespérée. 
Lorsque cela arrive il faut que vous soyez honnêtes, lucides et que vous ne vous mentiez pas. Posez-vous les questions suivantes : 

1. Est-ce que je mange suffisamment ?
2. Est-ce que je ne mange pas de trop ?
3. Est-ce que je bois assez ?
4. Est-ce que j'ai une activité physique quotidienne ?
5. Est-ce que je ne fais pas de rétention d'eau ?
6. Est-ce que je suis dans une mauvaise période (cycle) ?
7. Est-ce que je ne consomme pas trop de sucres ?
8. Est-ce que je suis réellement sérieuse chaque jour ?
9. Est-ce que mon traitement est adapté (si j'en prends un) ?
10. Est-ce que je ne maigris plus depuis plusieurs semaines ?


Si ces dix questions ne révèlent aucun problème, vous avez de grandes grandes chances d'être face à un palier, une période de stagnation. 
Plusieurs solutions s'offrent à vous (j'ai testé et approuvé ces options). DANS L'ORDRE : espacez vos pesées, cela ne sert à rien de se déprimer chaque matin. 

Attendez une ou deux semaines et les choses évolueront très certainement. Si comme moi, cette solution ne vous satisfait pas  à 100%, augmentez votre activité physique et buvez davantage. 


Par exemple, ajoutez un peu de marche en plus chaque jour et pensez à boire un bon litre et demi d'eau par jour, vous pouvez également boire du thé vert et utiliser un draineur. Toujours rien ? 

La dernière solution que je vous propose est radicale... il s'agit du fameux "Cheat Meal" des sportifs ! Un repas (pas une journée hein) copieux, gras, pas forcément intéressant niveau nutritif (j'entends hamburger, pizza, et autres saloperies qu'on évite depuis si longtemps). Pendant ce repas vous allez manger à votre faim, ce n'est pas non plus la peine d'exagérer mais l'électrochoc que va ressentir votre corps - qui avait tout verrouillé - va être violent ! Il va croire que "c'est reparti comme en 40", il va se déverrouiller et le lendemain (NE VOUS PESEZ ÉVIDEMMENT PAS), vous lui remettez une belle alimentation saine dans les dents pour le faire totalement disjoncter.

Après ça, la perte de poids devrait redémarrer. J'ai été obligée "d'y passer" deux fois, et après plus d'un mois sans perdre un gramme, j'ai à nouveau perdu 1.1kg. Même moi je n'y croyais pas (enfin, jusqu'à la seconde mutinerie qui a elle aussi fonctionné). 
Gardez bien cet ordre en tête et ne pensez pas "Cheat Meal" dès que vous êtes à trois jours de stagnation... ne vous planquez pas non plus derrière ça pour craquer ! C'est une solution qui répond à un "problème technique".


Dernier point : "Oh finalement, je ne suis pas si mal comme je suis...".

Alors ça, c'est un sujet dont je pourrais parler pendant deux plombes. Le mot d'ordre des dix dernières années c'est "il faut s'accepter" et moi, je ne suis absolument pas d'accord avec ça. Enfin, pas à 100%. S'accepter ça peut être cool, mais ça rime très très très souvent avec baisser les bras, renoncer à ses objectifs, se contenter de ce que l'on a et ça, chez moi, ça rime SURTOUT avec échec. 

En revanche, une nana qui s'aime comme elle est, qui se trouve jolie, qui n'est pas complexée et qui est en bonne santé malgré ses kilos en trop : c'est génial car il ne s'agit ni de résignation, ni d'abandon. Elle est heureuse et c'est le principal. Par contre, si vous prononcez cette phrase à cause des difficultés que vous rencontrez pendant votre régime... c'est beaucoup moins cool.

C'est dommage de se condamner à quelque chose que l'on ne souhaite pas vraiment juste parce qu'on est convaincu que c'est impossible à réaliser. C'est faux, tout le monde peut changer ! 

Si un jour je m'étais "acceptée comme j'étais" alors que je n'ai jamais voulu être en surpoids (et soyons honnête, personne ne le souhaite), j'aurai condamné ma santé, mes objectifs et mes rêves. 

Je ne pense pas que la résignation soit épanouissante et qu'on en tire un quelconque bien-être... 

Battez-vous ! Si vous êtes malheureuse dans votre corps et mal dans vos pompes, ne vous condamnez pas au "tant pis, je vais essayer de m'accepter", non. 


Déplacez les montagnes qui vous gâchent la vie et offrez-vous ce corps dont vous rêvez, celui dans lequel vous pourrez RÉELLEMENT vous plaire. Là, vous pourrez dire "je m'accepte comme je suis" car vous serez parfaite. 

Voilà mes petites coquillettes, j'espère avoir provoqué en vous un bébé-électrochoc et vous avoir aidé un tout petit peu. N'oubliez pas que tout est dans vos mains, soyez forte, le bonheur vous attend <3 

You May Also Like

11 commentaires

  1. ah ces foutu palier ma bête noire

    RépondreSupprimer
  2. C'est bon tout ces conseils merci ! ☺ Moi je me suis enfin remise au sport, avec une amie c'est beaucoup plus motivant (même si avec cette chaleur c'est pas gérable là😵) par contre même si je fais un peu attention sur certaines choses je ne suis pas encore très stricte dans mon alimentation ^^' je vais essayer de changer mes habitudes au fur et à mesure💪

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    perso je pesais tellement que j avais des problemes et ds douleurs aux pieds.
    Petit à ptit,il s est pass un declic,j ai soufert à travers mes fausses couches,mes fibromes et perdu du poids, et repris de nouveau..puis 3 deces en 3 mois dans ma belle famille, la perte d apetit.
    Puis je me suis "réveillée" ,j ai pris soins de moi meme,j ai écidé de mieux manger, de bouger plus,de me rappeler ce que me disait mon beau pere'On mange pour vivre, on ne vit pas pour manger'.
    Là je vais mieux, je me sens bien dans ma peau, de 90 kgs je suis descendu à 74....(1m76)je ne suis plus la gourmande, je suis la normale,je m occupe dans le jardin, avec mes animaux, mon blog, ma famille.Car quand on s ennuie on est tentees.
    Bisous.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour ton article ça remotive à fond. Je me rend compte que je ne suis pas la seule à avoir une baisse de moral pendant ma perte de poids. Je suis motivée mais je me mets de barrières toute seul je pense. Que peux tu me conseiller entre pp et feel good ?

    RépondreSupprimer
  5. Moi qui commence un vrai regime avec sport ect... Ton article me motive... J'aimerais perdre 15 kilos j'ai accoucher il y a 7 mois et je pense qu'il est temps de me prendre en main serieusement : ) merci a toi de tes conseils : )

    RépondreSupprimer
  6. Le poids et moi, c'est une grande et looooongue histoire d'amour.
    Deja au primaire, mon carnet de santé indique "en surpoids", "poids à surveiller" et j'en passe....
    Les régimes, je connais, j'ai passé la moitié de ma vie au regime.
    Les victoires et les déceptions, je connais également.
    A l'heure actuelle, mon combat est loiiiin d'être terminer. Mais, j'ai eu le déclic après le régime Dukon qui m'a bousillé la santé. J'avais atteint mon poids c'est certain mais en perdant mes cheveux par poignée, fatiguée à longueur de journée. J'étais bien dans mon jean mais pas dans mon corps, le physique et le mental étaient eux, au plus bas.
    Depuis, j'ai repris 25kg. Oui.... Alors il m'a fallut faire des choix, parler avec mon entourage.
    J'ai donc repris WW (après un premier échec mais c'était de ma faute) et surtout surtout surtout, reprise du sport ! La marche, la course rapide, le step, le cardio, la musculation, la zumba, tout y passe. Et je me régale ! Je ne prive plus mon corps comme avant, je le bichonne et j'adore ça.
    Je rentre de vacances en famille où d'habitude j'aurais repris genre 2 bons kilos. Mais la, pas du tout, pas un gramme (enfin si, 500gr merci la zone rouge) et je me sens bien.
    Bon OK, j'ai encore de la route a faire, le chemin est long, mais j'ai fini par m'écouter, savoir pourquoi je craques, dans quelles circonstances, et j'apprends à gérer. Tant bien que mal mais j'avoue que je connais plus de réussites que d'échecs.
    Je n'aimes pas spécialement me dévoiler, parler de moi (confiance en moi proche du neant) mais ce sujet me touche tellement ! Ça me parle et j'ai eu besoin de me dévoiler un peu (même si en surface), peut être pour dire que nous sommes beaucoup dans ce cas là, et qu'il ne faut pas baisser les bras, qu'en prenant le temps de s'écouter, ça sera déjà une sacré belle victoire.
    Et qu'à défaut de gagner la guerre, ils faut savoir savourer ces victoires, aussi petites soient elles et peut être qu'avec le temps, on finira par s'aimer :)

    RépondreSupprimer
  7. merci pour cette article qui fait du bien et qui me fait réfléchir sur ce que je veux vraiment. Je te suis sur tes différents réseaux sociaux et je n'ai jamais commenté même si j'apprécie beaucoup ce que tu fais et qui tu es . Cet article tombe a pic sur ce que je vis actuellement . merci de ce partage

    RépondreSupprimer
  8. Tu as parfaitement raison, cette volonté il faut bien aller la chercher quelque part, êt la motivation ça se trouve en ce sens où il y a de nombreux arguments en faveur de l'amaigrissement et tu les connais ... bien dans sa peau, vêtements qu'on rêve de porter, certains gestes plus faciles à accomplir au quotidien ms surtout on peut se regarder en face dans le miroir au lieu de l'éviter et cela est primordial pour la relation à soi-même et surtout à autrui! Maintenant ça ne doit pas être une fixette et c'est là que ça devient plus compliqué ; / ... Mais quel plaisir de se lever le matin en se disant que la veille tout a été nickel et que la balance va nous le confirmer! Courage!! bravo pour pour ta volonté et surtout pour tes articles : )

    RépondreSupprimer
  9. Le 1er août l'année dernière, j'ai décidé de faire du sport avec le TBC, moi qui ne suis absolument pas sportive. J'en avais marre de ces quelques kilos de trop. En même temps, j'ai adopté un vrai rééquilibrage alimentaire et non le semblant que j'avais débuté un an plus tôt et qui ne m'avait rien faire perdre lol
    J'ai donc fait du sport tous les jours jusqu'en février, je n'ai jamais craqué, le rééquilibrage étant bien mené je pense. J'ai fait des circuits (avec une appli après la fin du TBC) même les jours des réveillons et lors de mon séjour à Disney (oui, je suis une dingue mdr) mais j'ai eu une véritable illumination avec le sport : ça défoule mais ça détend aussi. Je me sens mieux depuis que j'ai perdu mes kilos de trop et d'autres en plus, depuis que j'ai rééquilibré mon alimentation et mon végétarisme !
    Depuis février j'ai réduit mon sport de tous les jours à 6, puis 5, puis 2 à 3 séances par semaine.
    Je me suis lassée de mes circuits et aujourd'hui, je pratique le vélo et le running (ce qui me faisait fuir jusqu'à aujourd'hui lol), et avec le big smile ! Je suis enfin parvenue à me stabiliser, même si ç'a été compliqué.
    Mais je le conçois, pour un régime, que ce soit le simple rééquilibrage alimentaire avec ou sans activité physique, c'est difficile et il faut vraiment le vouloir.
    J'en avais tenté autrefois, mais sans conviction. Là, je ne sais pas ce qui m'a poussée à ne rien lâcher pendant 9 mois, je n'étais pas particulièrement mal dans ma peau ou autre.
    Je pense que la clé, les clés, sont la volonté mais aussi l'activité physique. Ca joue beaucoup sur le mental, ça détend, ça apaise, ça défoule et je pense que ça un impact sur les craquages.
    Je dirais aussi que rééquilibrer son alimentation est essentiel.
    J'ai modifié ma façon de manger, mais je ne me prive jamais ! J'ai toujours mes pains au chocolats les mercredi et dimanche, j'ai toujours mon morceau de chocolat le soir, j'ai toujours ma petite sucrerie le midi avant de repartir au boulot et j'ai toujours ma pâtisserie le dimanche.
    Je n'ai jamais été frustrée, donc jamais craqué.

    Bref, il faut une bonne dose de volonté et réussir à trouver la bonne façon de faire pour le vivre avec plaisir.

    Je souhaite un bon courage à tous ceux qui passeront par cette étape.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ton article, cela m'aide de savoir que tu es dans le même cas que moi ! Je désespère que les kilos soient toujours les mêmes sur la balance, mais visuellement ce n'est pas le cas (c'est dans le bon sens, et pourtant je n'ai pas perdu tant de % de gras que ça sur ma balance à impédancemètre...).
    Je te souhaite bon courage, et je me retrouve à 100% dans ton avis sur la fameuse phrase "Je n'ai qu'à m'accepter comme je suis" ! Car si toi tu ne te plais pas (pas dans les extrêmes, bien sûr), je ne vois pas pourquoi tu devrais t'accepter comme tel ! Moi je veux me plaire à un certain poids, et même si c'est dur, j'y arriverai un jour ! Et surtout un grand merci de râler sur cette phrase de merde !

    RépondreSupprimer
  11. En plein dans la perte de poids, je viens d'en perdre 10.
    Ce week end c'était week en famille avec barbuc et gateaux je me suis fait plaisir sans abuser de trop.
    Bon la balance ce matin indiquais 1kg de plus la vilaine.
    Je vais essayer de pas trop craquer cette semaine et de manger a peu près bien, pas facile tout les jours à faire.
    Merci pour tes articles ça aide a garder le cap.

    RépondreSupprimer

Un petit message ?