lundi 18 juillet 2016

Baisse de motivation : conseils pour un régime qui redémarre dès la fin de cet article !

Bon, qu'on se le dise, un amaigrissement sans baisse de régime (ahah) c'est quasiment impossible. C'est une bataille, un combat et ça demande une énergie incroyable.

Même si vous êtes ultra motivée, vous risquez de passer par des périodes plus difficiles que d'autres. L'été, les vacances, un palier, un anniversaire, une simple baisse de moral, un virus... la vie se charge de nous contrarier dès qu'elle en a l'occasion. Et comme nous ne sommes pas des robots, on déraille !
Je vais vous donner quelques idées, conseils, pensées (je ne sais pas exactement comment appeler cela) pour vous requinquer en moins de deux. 

Deux principaux problèmes se présentent à nous, les craquages et les paliers.

J'ai eu tellement de périodes de craquages que ça pourrait se compter en années ! Le matin tout va bien, le midi c'est plus compliqué et le soir c'est la folie furieuse : pizza, bonbons, chocolat... je maîtrise parfaitement le sujet. 

Je vais vous donner ma définition du craquage = orgie alimentaire/perte de contrôle... Je ne parle pas d'un carré de chocolat, je parle de trois croissants, d'une tablette de chocolat, d'un paquet de gâteaux entier... de quelque chose de compulsif qui fout littéralement en l'air votre journée. 
Arrêtez-vous deux secondes, stoppez tout, asseyez-vous au calme et réfléchissez quelques minutes. 

Que souhaitez-vous vraiment ? Jouir des délices qui débordent de vos placards ? Vous régaler à tout prix ? Manger jusqu'à en avoir mal au ventre ? Ou maigrir, changer et atteindre vos objectifs ?
Si la réponse est la seconde, ce n'est pas en vous comportant comme avant que vous y arriverez. Il faut changer, pour de bon. La nourriture n'est pas le seul plaisir de votre vie, pour les gens obèses ou en surpoids, c'est même l'inverse. Un poison, une drogue qui fait du bien puis qui détruit... le moral, la santé et l'estime de soi.

Personne ne vous oblige à vous rendre dans la cuisine : VOUS vous levez, VOUS ouvrez les portes des placards et VOUS portez la nourriture à votre bouche. Au quotidien, êtes-vous capable de dire non ? Si quelqu'un vous propose une cigarette alors que vous avez arrêté de fumer depuis 10 ans, vous dites non ? Si votre copine vous propose de passer la journée dans un musée qui retrace l'histoire de la petite cuillère, vous dites non ? Si un tordu de 35 ans de plus que vous invite à boire un verre dans sa cave, vous dites non ?

Alors, vous savez donc dire non. Il ne vous reste plus qu'à apprendre à VOUS dire non. Et si vous ne vous sentez pas les reins de gérer ce problème à 100%, arrêtez d'acheter des saloperies. Vous avez des enfants ? Ont-ils RÉELLEMENT besoin de biscuits, de chips et de bonbons pour grandir ? La croissance d'un enfant dépend-elle d'une consommation quotidienne de Nutella ? Seront-ils plus heureux avec tout cela ? Ne préféreraient-ils pas un chic gâteau au yaourt fait par papa ou maman ? Ne serait-ce pas mieux de leur apprendre à se régaler avec des superbes fruits et de faire de ces produits industriels des petits plaisirs occasionnels ? 

Une famille soudée appréciera d'aider l'un de ses membres. Pensez à vous !

Parlons ensuite des paliers... c'est la grosse déprime. J'ai passé plus d'un mois à ne pas perdre un seul foutu gramme ! Sans raison : régime sans aucun écart, sport, motivation à fond. J'étais désespérée. 
Lorsque cela arrive il faut que vous soyez honnêtes, lucides et que vous ne vous mentiez pas. Posez-vous les questions suivantes : 

1. Est-ce que je mange suffisamment ?
2. Est-ce que je ne mange pas de trop ?
3. Est-ce que je bois assez ?
4. Est-ce que j'ai une activité physique quotidienne ?
5. Est-ce que je ne fais pas de rétention d'eau ?
6. Est-ce que je suis dans une mauvaise période (cycle) ?
7. Est-ce que je ne consomme pas trop de sucres ?
8. Est-ce que je suis réellement sérieuse chaque jour ?
9. Est-ce que mon traitement est adapté (si j'en prends un) ?
10. Est-ce que je ne maigris plus depuis plusieurs semaines ?


Si ces dix questions ne révèlent aucun problème, vous avez de grandes grandes chances d'être face à un palier, une période de stagnation. 
Plusieurs solutions s'offrent à vous (j'ai testé et approuvé ces options). DANS L'ORDRE : espacez vos pesées, cela ne sert à rien de se déprimer chaque matin. 

Attendez une ou deux semaines et les choses évolueront très certainement. Si comme moi, cette solution ne vous satisfait pas  à 100%, augmentez votre activité physique et buvez davantage. 


Par exemple, ajoutez un peu de marche en plus chaque jour et pensez à boire un bon litre et demi d'eau par jour, vous pouvez également boire du thé vert et utiliser un draineur. Toujours rien ? 

La dernière solution que je vous propose est radicale... il s'agit du fameux "Cheat Meal" des sportifs ! Un repas (pas une journée hein) copieux, gras, pas forcément intéressant niveau nutritif (j'entends hamburger, pizza, et autres saloperies qu'on évite depuis si longtemps). Pendant ce repas vous allez manger à votre faim, ce n'est pas non plus la peine d'exagérer mais l'électrochoc que va ressentir votre corps - qui avait tout verrouillé - va être violent ! Il va croire que "c'est reparti comme en 40", il va se déverrouiller et le lendemain (NE VOUS PESEZ ÉVIDEMMENT PAS), vous lui remettez une belle alimentation saine dans les dents pour le faire totalement disjoncter.

Après ça, la perte de poids devrait redémarrer. J'ai été obligée "d'y passer" deux fois, et après plus d'un mois sans perdre un gramme, j'ai à nouveau perdu 1.1kg. Même moi je n'y croyais pas (enfin, jusqu'à la seconde mutinerie qui a elle aussi fonctionné). 
Gardez bien cet ordre en tête et ne pensez pas "Cheat Meal" dès que vous êtes à trois jours de stagnation... ne vous planquez pas non plus derrière ça pour craquer ! C'est une solution qui répond à un "problème technique".


Dernier point : "Oh finalement, je ne suis pas si mal comme je suis...".

Alors ça, c'est un sujet dont je pourrais parler pendant deux plombes. Le mot d'ordre des dix dernières années c'est "il faut s'accepter" et moi, je ne suis absolument pas d'accord avec ça. Enfin, pas à 100%. S'accepter ça peut être cool, mais ça rime très très très souvent avec baisser les bras, renoncer à ses objectifs, se contenter de ce que l'on a et ça, chez moi, ça rime SURTOUT avec échec. 

En revanche, une nana qui s'aime comme elle est, qui se trouve jolie, qui n'est pas complexée et qui est en bonne santé malgré ses kilos en trop : c'est génial car il ne s'agit ni de résignation, ni d'abandon. Elle est heureuse et c'est le principal. Par contre, si vous prononcez cette phrase à cause des difficultés que vous rencontrez pendant votre régime... c'est beaucoup moins cool.

C'est dommage de se condamner à quelque chose que l'on ne souhaite pas vraiment juste parce qu'on est convaincu que c'est impossible à réaliser. C'est faux, tout le monde peut changer ! 

Si un jour je m'étais "acceptée comme j'étais" alors que je n'ai jamais voulu être en surpoids (et soyons honnête, personne ne le souhaite), j'aurai condamné ma santé, mes objectifs et mes rêves. 

Je ne pense pas que la résignation soit épanouissante et qu'on en tire un quelconque bien-être... 

Battez-vous ! Si vous êtes malheureuse dans votre corps et mal dans vos pompes, ne vous condamnez pas au "tant pis, je vais essayer de m'accepter", non. 


Déplacez les montagnes qui vous gâchent la vie et offrez-vous ce corps dont vous rêvez, celui dans lequel vous pourrez RÉELLEMENT vous plaire. Là, vous pourrez dire "je m'accepte comme je suis" car vous serez parfaite. 

Voilà mes petites coquillettes, j'espère avoir provoqué en vous un bébé-électrochoc et vous avoir aidé un tout petit peu. N'oubliez pas que tout est dans vos mains, soyez forte, le bonheur vous attend <3 

samedi 16 juillet 2016

Petites et grosses bêtises d'un enfant plein d'imagination !

J'avais prévu de vous parler de liner... mais je n'ai pas vraiment le cœur à ça. Les événements dramatiques et cauchemardesques nous plongent dans l'enfer, la terreur et l'incompréhension. 
J'ai décidé de reprendre les publications avec un seul objectif : essayer de vous redonner le sourire quelques instants. Si j'y arrive (avec l'aide de mon précieux acolyte Lucas) je serais heureuse. 

Je vous propose aujourd'hui de plonger dans l'innocence, la légèreté et la pureté de l'enfance. Des bêtises qui font sourire car finalement... ce n'est pas si grave. 

Un soir, j'ai eu la peur de ma vie lorsque j'ai vu Holly avec ça, sur la tête... J'ai vraiment cru qu'elle était blessée. Non non, Lucas lui avait juste "donné du Kechteup (Ketchup)" alors qu'elle passait sous sa chaise ! Il ne faut JAMAIS laisser une bouteille de Ketchup à un enfant, jamais. Elle est repassée immédiatement pas la case bain, et elle déteste ça la pauvre.



À chaque période son obsession. Depuis deux semaines, Lucas arrache TOUTES les étiquettes qu'il trouve, tous les autocollants, stickers et autres gommettes. Un massacre. Je retrouve ses jouets dans un état incroyable et le sol est rempli de petits bouts de papier qui colle... vivement qu'il passe à autre chose. 



J'ai laissé traîner un stylo sur la table basse... ça, c'est la PIRE erreur au monde, un truc de débutant. Et comme mon ordinateur lui semblait bien fade, il l'a customisé !



Il a voulu faire une photo, pour faire "comme mamou"... Mais en regardant uniquement dans l'écran de contrôle il s'est un peu trop approché du mur. Joie intense.



Et voici une séance de coloriage qui a plutôt mal fini...



Bon, c'est déjà pas mal pour cette fois. Rassurez-vous, n'ayant que 3 ans, il me réserve encore plein d'autres surprises ! Et je ne manquerai pas de les partager avec vous, bien entendu :)

jeudi 14 juillet 2016

De brune à blonde, sans coiffeur ? C'est parti !

Redevenir blonde ? Pourquoi pas ! Ça fait bien longtemps que mes cheveux sont "naturels" et je commence à saturer. J'ai été blonde, puis brune, puis naturelle. Et j'ai tout coupé. Maintenant que je suis sur une base saine, j'ai envie de retrouver un peu de lumière et de changer de tête progressivement. 

J'ai donc acheté ma baguette magique, celle que j'utilise depuis des années : Cristal Mèches de Garnier. Un kit ultra-pratique avec lequel je ne me suis jamais loupée (et pourtant, je suis extrêmement mauvaise lorsqu'il s'agit de cheveux). Il contient un bonnet qui permet de sélectionner les mèches à éclaircir, un petit crochet, un produit décolorant et un soin, rien de plus simple. 

Je compte passer plusieurs fois par la case mèches pour obtenir le blond que je souhaite mais ma liste ne s'arrête pas là !



J'utilise également la gelée éclaircissante de Garnier, elle s'utilise sur cheveux humides ou secs (pour moi c'est sur cheveux secs), en pointes, sur quelques mèches ou sur toute la chevelure. On obtient un éclaircissement progressif et naturel, c'est l'autobronzant du cheveux. 
Elle ne graisse pas les racines, assèche un peu les longueurs mais avec de bons soins c'est très vite réglé. Je l'applique un peu partout, sans vraiment viser d'endroits précis. Le but c'est d'éclaircir la masse progressivement sans être embêtée par les racines. 

C'est d'ailleurs pour cela que je fais des mèches ! Les cheveux clairs poussent, mais lorsque je refais des mèches, elles partent des racines et ça se fond dans la masse. 

Pour l'entretien "quotidien", je lave mes cheveux avec le shampooing Dessange Âge sublime, blanc chic pour neutraliser le jaune qui s'installe à une vitesse folle sur un cheveu décoloré. Je l'utilise plusieurs fois par semaine (deux ou trois maximum) et je termine avec l'après-shampooing Aussie Repair Miracle. Il rend mes cheveux doux, brillants et l'odeur de bonbon me régale (je ne peux pas en manger alors j'ai tous les produits existants qui sentent la bouffe sur le rebord de ma baignoire... La tristesse de la fille !).





Une fois par semaine je me fais plaisir avec un gommage du cuir chevelu. J'utilise le masque ReGenesis "Detox Hair" (by Revitalash, d'ailleurs il faut impérativement que je me renseigne sur leur produit pour faire pousser les cils, il me fait de l'œil depuis un siècle et demi). Ce produit est fabuleux ! Il detoxifie le cuir chevelu tout en l'hydratant, c'est l'idéal pour se débarrasser des démangeaisons par exemple. Il nourrit également les longueurs, un deux en un redoutable. Après le massage du cuir chevelu, une sensation de fraîcheur loin d'être désagréable envahi votre tête et ça, c'est un bonheur. 

Ensuite, avant le coiffage j'applique le spray Dove Oxygen Hydration en racines pour un peu plus de volume (l'odeur est super fraîche) et l'huile Ultra Doux de là gramme Trésor de miel en pointes, ça fait carrément des cheveux de bébé !!! 

Pour finir, je dégaine mon lisseur Shine Therapy de Remington qui lisse et soigne/fait briller les cheveux, j'adore ce truc, c'est le meilleur lisseur que j'ai pu utiliser jusqu'à présent ! Et voilà le travail. 

Comme vous pouvez le constater j'ai fait une pause avec les produits Macadamia, j'ai eu envie d'essayer autre chose et de voir à quelle vitesse mes cheveux allaient pousser SANS ces produits miraculeux. On en reparle très vite dans mon "journal de pousse" :)

mercredi 13 juillet 2016

Trop grosse pour YouTube !

"Pourquoi tu ne fais plus de vidéos ?"

Cette question m'a assez souvent été posée et je n'ai jamais su comment répondre en quelques lignes... et surtout, comment y répondre sans montrer de fragilité. 
Puis j'en ai eu marre de censurer mes émotions.

J'ai découvert cet exercice assez tardivement, j'étais depuis "toujours" à l'aise sur mon blog mais un jour, j'ai eu besoin de plus. C'est pour cela que j'ai lancé ma chaîne. Les premières vidéos ont été très difficiles à tourner, je ne maîtrisais pas les "codes" de la YouTubeuse et parler seule face à une caméra n'avais rien de naturel pour moi. 

Le tournage était difficile mais le montage l'était encore plus. On le sait, monter une vidéo est quelque chose qui prend beaucoup de temps, on passe plusieurs heures à se censurer, à couper certains passages qui ne nous plaisent pas, on améliore un peu la réalité. Cet exercice peut s'avérer pénible, surtout si comme moi, vous avez un problème avec votre corps ou votre image...

Se regarder pendant des heures, s'entendre parler, remarquer des petits détails que l'on n'avait jamais vu auparavant, certaines mimiques, certains gestes... Je suis convaincue qu'il faut s'aimer un peu pour apprécier cela, ou juste pour bien le vivre. Ce n'était pas mon cas, je devais tout contrôler, mon vocabulaire, le cadrage pour que mes kilos en trop ne me sautent pas au visage, mes gestes, le son car je ne pouvais filmer que très tard, lorsque Lucas dormait... beaucoup de contraintes et de choses désagréables qui ont suffi à me faire redouter ces vidéos ainsi que leur accueil.

J'ai joué le jeu quelques semaines car j'aimais cet échange avec vous, voir grandir le nombre de gens qui me suivaient à une vitesse folle, lire ces adorables et encourageants commentaires, c'était hyper stimulant. 
Mais chaque vidéo était pénible à tourner, à monter et à assumer. Puis les commentaires moins sympathiques sont arrivés, et là, je n'étais pas cachée derrière mon blog mais presque à poil, devant tous ces tordus qui pouvaient analyser chaque centimètre carré de mon visage, chaque tic de langage, chaque mouvement... 

Ces gens qui ont un don pour mettre le doigt sur ce qui est déjà douloureux. J'ai censuré ces quelques messages mais je ne le vivais pas bien. Comme je vous l'ai dit précédemment j'ai réellement eu l'impression d'apparaître à poil devant 5000 et quelques personnes à chaque fois que je cliquais sur "publier la vidéo". Trop compliqué pour quelqu'un qui ne supporte pas son image, trop douloureux, trop angoissant.

J'ai alors décidé d'arrêter les vidéos alors que j'appréciais ce lien qui se créait entre nous, là-bas, "chez YouTube". Puis j'ai eu mon fameux déclic (par ici pour lire l'article) et j'ai vu les choses différemment. 
La seule chose qui m'empêche de rester de marbre face à la méchanceté des gens c'est mon poids. Ce poids que je n'assume pas, qui fait de mon corps un ennemi et qui m'a tant fait souffrir.

Je veux pouvoir lever les bras, je veux pouvoir me lever si j'en ai envie, je veux pouvoir rire, danser, pleurer, je veux juste avoir le droit d'être moi à 100% et de ne plus avoir ces limites que je me suis moi-même fixées.

Faire des vidéos doit être un plaisir, et je sais que je ressentirai ce plaisir uniquement lorsque mon objectif de poids sera atteint. Ce jour-là je n'aurai plus peur de m'exposer, de recevoir un commentaire violent ou de dépasser mes limites. Je m'aimerai davantage et m'assumerai enfin. C'est d'ailleurs un processus qui a commencé MAIS je veux être prête, vraiment prête. Je veux que cette chaîne vive, fasse rire, rassure, intéresse, bouleverse, touche... je veux qu'elle me ressemble et qu'on s'y sente tous bien. C'est un vrai projet que je compte mener à bien, il me tarde de pouvoir développer tout cela. 

Dans les faits, rien ne m'en empêche... à part moi, j'ai besoin de me sentir forte pour assumer et assurer. La seule chose qui peut m'affaiblir aujourd'hui c'est mon poids, j'assume absolument tout le reste, de ma personnalité à ma fossette sur le menton.

J'avais besoin de vous expliquer tout cela, je rêve du jour où je pourrais vous retrouver en vidéo, sans filtre et sans inquiétudes. J'ai hâte de vloguer, de vous raconter ma vie, mes catastrophes quotidiennes et de vous parler de ma récente passion pour les cactus. 

Je vous donne donc rendez-vous sur YouTube... dans 20 kilos :)

Ps: avant toute polémique, je parle de moi, de mes limites, de mes angoisses mais je suis ravie de trouver des filles petites, grandes, minces, fortes, rousses, blondes, brunes sur YouTube, heureusement qu'elles ne sont pas toutes comme moi et qu'elles osent, sinon, on s'ennuierait et on serait obligées de regarder l'âne TroTro du matin au soir !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...