Mes symptômes de grossesse jour après jour

by - 14:54

Que vous souhaitiez tomber enceinte ou surtout pas, je suis PERSUADÉE que la moitié d’entre vous a déjà tapé au moins une fois « premiers symptômes de grossesse » sur Google...
Je crois que je l’ai fait au moins mille fois. J’ai même fini par connaître les forums par coeur et les récits jour après jour sur le bout des doigts. J’ai malgré tout eu envie d’apporter ma petite pierre à l’édifice (même si certains symptômes reviennent invariablement) en vous proposant mes symptômes À MOI, chose à laquelle je n’avais pas pensé lors de ma première grossesse.

Début août

J’ai mal à la poitrine. MAL. Mal. Suffisamment pour chouiner dès que Lucas me frôle, dès que je me douche, m’habille, me retourne dans mon lit... c’est anormal puisque ça ne m’arrive jamais. J’ai faim comme si je n’avais pas mangé depuis trois semaines.

-

Deux soutien-gorges viennent de céder, j’ai une baleine dans la main pour l’un et l’autre a tout simplement décidé de quitter les lieux en explosant toutes ses agrafes d’un coup. Je n’ai pas pris un gramme... c’est bizarre !

-

Ça tiraille. Je sens que ça tire de partout, du nombril au début des cuisses. Ça me gêne pour dormir... et en parallèle, j’ai envie de briser les rotules de tous les gens que je croise.
Je baille à m’en décrocher la mâchoire.

Mi-août

L’heure de ma plus grosse crise de migraine mensuelle qui devrait durer 3 jours (comme depuis... des années) et du début de mon cycle suivant... et finalement rien. Rien à signaler.
Moi qui dors très peu, je baille 200 fois par live (vous vous moquez d’ailleurs de moi) et je commence à sombrer à partir de 22h30.

-

Damien se parfume avec un parfum que j’adore et je manque de vomir sur le chien. Tout est parfaitement normal. Je mange environ 300 grammes de betteraves par jour et rien d’autre.

-

Je pleure devant une publicité et je m’endors assise, n’importe quand. Je n’arrive plus à boire de café car ça me dégoûte, je ne supporte plus DU TOUT l’odeur de la cigarette... MOI...
J’ai l’impression d’avoir gagné 17 tailles de bonnet.

Test de grossesse positif

J’ai fait environ 10 tests de grossesse depuis quatre jours, j’ai des boutons qui arrivent par convoi exceptionnel (menton, poitrine), j’ai MAL au ventre, ça tire à gauche puis à droite, jusqu’aux cuisses et je panique... pensée qui ne quitte plus mon esprit un seul instant : grossesse extra-utérine. (L’obsession betteraves continue). J’arrête officiellement Dukan.

-

Gulli Parc, je m’habille et mon pantalon refuse de se fermer... toujours pas un gramme de plus sur la balance, c’est donc bien mon corps qui commence à faire sa vie. Tiraillements toujours présents (bien plus que pour Lucas) et je suis morte d’inquiétude. Ma poitrine est toujours extrêmement douloureuse.

Fin août 

Hôpital. Échographie. Lucas réussit à amadouer un infirmier qui lui donne des chocolats. On découvre une plante décorée avec des vieilles guirlandes de Noël, je prends ça pour un signe. Tout va bien, mes quelques millimètres de bébé se trouvent au bon endroit, et les dates correspondent jour pour jour. Je respire... (jusqu’à la prochaine angoisse).

-

Je suis obligée d’arnaquer le système pour ne pas me faire griller car, sans comprendre pourquoi : j’ai la vessie d’une femme centenaire... et faire pipi trois fois en une heure de live, ça paraîtrait suspect. Je suis épuisée. Vraiment épuisée.

-

Je pourrais tuer pour de la choucroute... Damien file en urgence à 16h30 au supermarché du coin. Il revient avec 1.5kg de chou, je suis COMBLÉE. Toujours des tiraillements au niveau de l’utérus, mon ventre est vraiment en train de grossir et ça me semble beaucoup trop tôt (je n’avais pas beaucoup de ventre pour Lucas, même à la fin). Je vais avoir du mal à camoufler ça très longtemps.

-

Je commence à me projeter un tout petit peu, mais je suis morte de trouille. J’ai vécu une fausse couche avant d’avoir Lucas alors je reste très prudente.
J’ai des brûlures d’estomac à en crever... une sensation d’avoir bu un demi-litre de Destop dès que la nuit tombe. Il fait 25° et je suis gelée. Je déteste la choucroute.

Début septembre

Je suis au bout du rouleau de la fatigue. Je me réveille, je m’assois et... je me rendors assise. Épuisée. Je tente donc les compléments alimentaires de grossesse Gestarelle, et je prie. J’ai l’odorat d’un chien renifleur et je suis obligée de déménager la poubelle sur la terrasse.

-

Je remarque plusieurs paires d’yeux sur mon ventre à l’école alors que moi, je suis persuadée que ça ne se voit pas lorsque je suis habillée...

-

J’ai envie de vomir du réveil au coucher, je ne tiens plus debout. Les trajets maison-école quatre fois par jour sont déjà difficiles, et ça me fout le moral à zéro car je me dis que si je suis déjà dans cet état maintenant, la suite risque d’être mignonne.

-

Je fais un déni visuel de ventre... je crois que ça ne se voit pas. Apparemment je me plante car j’entends, à l’école de Lucas « vous attendez un petit bébé vous... » avec un sourire complice. Je panique et réponds « ah ça on ne sait pas ! » en haussant les épaules et en partant vite, vite, très vite.
Je refuse que Lucas l’apprenne comme ça, car par précaution, j’attends la première écho officielle pour lui annoncer.

Mi septembre 

Je me fais questionner à l’école, je suis obligée d’avouer discrètement mon secret en demandant avec insistance de ne pas parler de ça devant les enfants pour que ça n’arrive pas aux oreilles de Lucas sinon... je déraille !
Brûlures d’estomac au sommet et malheureusement... envie irrépressible de jus d’orange. Je ressors la centrifugeuse.

-

Envie de vomir. Matin, midi, soir, nuit. Ça me fout le moral en l’air ! J’ai aussi le dos bloqué, grosse grosse ambiance. Je veux du couscous. Damien achète du couscous. Je mange une cuillère et je manque de vomir à nouveau sur le chien.
Je ne finirais pas mon couscous... pour la première fois de ma vie.

-

Je vais chez le médecin et j’avale mon premier comprimé de Donormyl... les nausées s’arrêtent presque instantanément, ma vie va peut-être enfin pouvoir recommencer ! Le moral revient, la fatigue est toujours très présente mais je sens que ça va mieux.

Voilà pour les deux premiers mois de grossesse, j’ai pris des notes au fur et à mesure pour ne rien oublier. J’espère que ça vous aidera peut-être (à vous sentir moins seule si vous êtes épuisées et nauséeuses... COURAGE).

On se retrouve vite pour la suite des articles sur la grossesse...
Si vous avez loupé mon annonce : cliquez ici ❤️


faire part naissance naissance d'un enfant

You May Also Like

4 commentaires

  1. Ah ben parfait. Moi qui cherchais un bon moyen de contraception, je vais imprimer ton article et le placarder au-dessus de mon lit. Merci. Et bon courage à toi. Et à Damien. Et félicitations. Et BORDEL DE BITACUL COMMENT JE SUIS HEUREUSE POUR VOUS.

    RépondreSupprimer
  2. Je te suis depuis longtemps mais je ne commente pas souvent ... je me dois de le faire cette fois-ci ! FELICITATIOOOOONS ! J'espère que la suite se passera bien et je vous souhaite beaucoup de bonheur <3 Du coup Lucas n'est pas encore au courant ?

    RépondreSupprimer
  3. J’espère que tu vas continuer ces petits post sur la grossesse ! Honnêtement je suis également enceinte du premier et exactement sur les mêmes dates que toi alors lire ces articles me réconforte un peu haha !

    RépondreSupprimer
  4. J’espère que tu vas continuer ces petits post sur la grossesse ! Honnêtement je suis également enceinte du premier et exactement sur les mêmes dates que toi alors lire ces articles me réconforte un peu haha !

    RépondreSupprimer

Un petit message ?