Le jour où j’ai commencé à croire en moi !

by - 22:09

J’ai passé presque 30 ans de ma vie à croire que j’étais une petite chose fragile, sensible, impressionnable...
J’ai toujours eu du mal à foncer et à me battre, pourquoi ? Parce que je m’en croyais tout simplement incapable. Je ne prenais pas de risques, je m’excusais presque d’être moi-même, de rire fort, de dire des gros mots, d’être extrêmement solitaire et sauvage, la vie m’impressionnait et je ne trouvais pas facilement ma place. J’ai toujours cru que dire non était quelque chose de grave, d’impossible même... je ne pouvais pas, avec le peu de confiance que j’avais en moi, j’étais incapable de me faire violence et d’imposer mes choix, mon avis, mes points de vue. J’ai passé presque 30 ans à être discrète et à me condamner pour toutes mes imperfections, mes faiblesses, mon prétendu caractère. J’ai aussi laissé les gens que j’ai croisés dans ma vie coller une étiquette sur mon dos, les uns après les autres. Et ensuite, j’ai pris toutes ces étiquettes, positives, négatives, justes, fausses et je me suis définie à partir de cela.

La confiance en soi était un mythe pour moi...
Je ne croyais ni en moi, ni en ce que je faisais. Mais au fond de moi, j’avais quand même cette petite étincelle qui me poussait à faire des choses, et heureusement.

Je me croyais incapable de devenir maman, j’étais trop fragile pour faire un bébé. Je pensais que je n’arriverai jamais à accomplir mes rêves, que c’était seulement un moyen de m’évader. Je pensais tout simplement que j’étais trop cassante pour affronter la vie sereinement.

Puis un jour...

Je crois que je peux vraiment parler de déclic... un matin, en me levant, je me suis sentie différente. J’ai ressenti quelque chose que je n’avais jamais ressenti auparavant : j’étais sereine, optimiste, déterminée. J’avais les mêmes soucis que la veille, mon gros cul compris dans le lot, mais je me sentais bien. Une sorte de puissance, de volonté, de motivation inébranlable qui venait de me tomber dessus. Je ne le savais pas encore mais je commençais enfin à croire en moi.

J’ai senti que plus rien ne pouvait m’arrêter ni me faire douter et que ma façon de voir les choses avait changé. J’ai commencé à être positive.
Après plusieurs mois, je constate que je ne me suis pas trompée... Est-ce que mes 30 ans qui approchent y sont pour quelque chose ? Je n’en sais rien. Toujours est-il qu’aujourd’hui je suis devenue positive, optimiste, patiente, j’ai conscience de mes capacités, de mes forces, de ma VALEUR (oui, oui !), de mes faiblesses aussi, mais je n’ai plus envie de m’excuser d’être qui je suis ni même d’exister. Je suis fière d’être ce que je suis et de savoir qui je suis vraiment. Au-delà des étiquettes qu’on m’avait attribuées. J’ai des rêves et des objectifs complètement fous, et je sais que je vais les atteindre. Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui j’y crois vraiment.

Je n’osais pas. J’avais peur de rater avant même de tenter le coup ! Attention, je ne suis pas non plus devenue une tête brûlée, j’ai gardé mon petit pack de phobies et de névroses hein... mais je les assume, je les affronte du mieux que je peux. Je n’en ai plus honte, je ne m’en cache plus. J’ai le droit d’avoir peur sans pour autant être une "trouillarde".

Je me souviens que j’avais même presque "honte" de dire ce que je faisais dans la vie, "blogueuse", ça ne fait pas vraiment sérieux...
Et pourtant ! Je suis blogueuse. Mon métier, c’est d’être blogueuse. Je suis partie de rien. J’ai travaillé comme une acharnée, jour et nuit, j’ai écrit partout, tout le temps, je me suis remise en question mille fois, j’ai essayé de sortir de ma zone de confort, de comprendre, d’analyser... pendant qu’à gauche et à droite, des gens qui ne me connaissaient même pas se foutaient de ma gueule.

Cinq ans. J’ai passé cinq ans à travailler dans le vent, comme une dingue sans pouvoir gagner correctement ma vie.
Cinq ans à me dire que je n’y arriverai peut-être jamais, cinq ans avec Damien, qui continuait de croire en moi (pour deux). Et aujourd’hui, après tout ce travail, ces nuits blanches, cette obstination, je gagne ma vie grâce à ce blog, grâce à cette communauté qui a décidé de me suivre et de me faire confiance. Et vous savez quoi ? Je n’ai plus honte, je ne banalise plus tout cela non plus. Je suis extrêmement fière de moi. J’ai fait tout ça moi-même, toute seule, avec mes dix petits doigts et toutes mes étiquettes collées dans le dos. C’est un de mes déclencheurs et ma plus grande revanche.

J’ai compris que j’avais le droit, sans passer pour quelqu’un de prétentieux, d’être fière de moi, de mon travail, de mon évolution.

Aujourd’hui, j’ai encore du poids à perdre MAIS j’ai déjà perdu plus de 28kg. Je dois passer le permis de conduire MAIS je n’en ai pas envie ni besoin pour le moment. Je suis devenue maman ET je sais que mon fils va bien, qu’il est heureux et que je m’en occupe très bien. Je n’ai pas encore gagné tous mes combats, mais aujourd’hui, j’assume mes choix de vie, mon caractère, mes défauts et j’ai conscience de mes victoires, de mes qualités et de mon évolution. Je suis comme je suis, peu importe ce qu’on en dira.

Le message que j’ai envie que vous reteniez aujourd’hui, c’est que j’étais une petite fille fragile, timide, apeurée par la vie, par le monde, une adolescente mal dans sa peau, perdue... et aujourd’hui, je suis une femme solide, heureuse, en constante évolution. Je gagne en confiance en moi chaque jour, j’avance à chaque instant, je m’affirme d’heure en heure. Si vous dégagez ces étiquettes qui sont collées sur votre peau et que vous décidez de VOUS déterminer vous-même, vous allez enfin pouvoir vous découvrir et vivre comme vous l’avez toujours voulu. Tout (ou presque) est possible, tout (ou presque) est atteignable, il suffit juste d’une seule chose : y croire. Y croire et croire en vous, vous êtes légitimes, nous avons tous des talents, de la valeur, des belles choses à apporter aux autres. Soyez fiers de vous, fiers de votre travail et de vos évolutions. Écoutez-vous, découvrez vous vraiment. Foncez, vivez, aimez, osez...

You May Also Like

21 commentaires

  1. Et ben.. Merci de tous cœur pour ce belle article, dans lequel je m'y retrouve en tous points, sauf que pour ma part j'ai 31 ans et je n'arrive pas à surmonter mes démons, 31 ans que je n'est aucune confiance en moi,dans tous se que j'entreprends ou dans ma vie, mais aussi physiquement malgré la magnifique famille que j'ai construite et l'homme formidable qui m'accompagne depuis 13 ans qui chaque jours me soutien, me félicite, m'encourage, me complimente, tous comme toi ont ma coller des étiquettes et j'en suis venu à me dire que les gens n'avais peut être pas tord, alors j'essaie tous les jour de me battre contre sa, de foutre des coup de pied au cul, pour montrer à tous cela que je suis une belle personne et que je mérite ma chance �� alors merci laura pour se belle article. Stefanie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis convaincue que presque tout est possible, si je m'en sors, tu peux certainement t'en sortir toi aussi ♥ tout le monde à le droit à SA vie de rêve tu ne crois pas ?
      En plus tu es drôlement bien accompagnée ;)

      Supprimer
  2. Bravo Laura pour cet article plein d’emotions et si inspirant ! Aujourd’hui à 26ans j’ai conscience que je ne suis pas parfaite et je commence tout juste à accepter d’etre qui je suis sans avoir à me justifier. C’est un travail de longue haleine pour moi car j’ai un énorme manque de confiance en moi mais je me challenge au quotidien pour apprendre à être fière de moi même. Ton article me donne envie de croire en moi du plus profond de mon être, alors merci Laura! Merci pour tout et tu as raison de croire en toi, car tu es une belle personne, à l’intérieur comme à l’exterieur ! 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi merci merci merci. Et plein de courage pour cette jolie démarche

      Supprimer
  3. Merci pour ce si bel article... Un petit déclic en moi grâce à toi. ��

    RépondreSupprimer
  4. Bravo a toi😊tu es admirable☺ Merci pour cet article. Bisous bisous. Estelle.

    RépondreSupprimer
  5. Bravo pour ce bel article! Je me suis tellement reconnue au début! Je me sentais insignifiante, transparente... Et puis un jour LE déclic. Je ne suis pas moins que les autres je suis moi et c'est pas rien. Maintenant quand j'ai envie de dire "Zut" à quelqu'un je lui dis. Je fais les choses quand j'en ai envie bref je vis! Virginie alias mikynette sur insta...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH je suis heureuse de lire ça, tu n'as pas idée ♥

      Supprimer
  6. Juste un seul moment BRAVO. Bravo à toi. Bravo pur ton parcour. Et bonne continuation surtout ...

    RépondreSupprimer
  7. Super article Laura !
    Comme je l'ai dit dans ma story Instagram, c'est le genre d'article qui te booste le matin :)
    Qu'est-ce que je me retrouve dans ta description...(même le gros cul ahah !) Mais moi aussi, à l'approche de mes 30 ans, j'ai appris à me faire confiance et à croire en moi. Je pense que le fait de devenir maman m'a beaucoup aidée aussi...

    Des bisous et hâte de voir ce que tes 40 ans te réservent ahah ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahh je suis contente que ça te plaise. Et pour le fait de devenir maman, c'est un de mes plus grand déclencheur, ça donne une force surhumaine ♥

      Supprimer
  8. Bravo ma belle je me retrouve si bien dans ton article ... Pour moi le cap a été les 25ans. Tout vient à point tu peux être fière de toi gros bisous

    RépondreSupprimer
  9. Un article dans lequel je me retrouve beaucoup!
    A vrai dire, en voyant tes vidéos, ta façon d’être, de t’exprimer, de te cacher parfois, je dois avouer que je suis très proche de cette façon d’être ! Heureusement, j’essaie également de m’accepter et d’être MOI (exit le gros cul, le mien est si plat c’est d’un désespérant..)

    Tu peux être fière de ton évolution dans tous les domaines dont tu parles, et quand bien même quelqu’un te trouverait prétentieuse comme tu le dis, dégaine la raquette à libellules et défoule toi hahah !

    Bisous ma jolie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup beaucoup pour ce message, en effet, tu m'as plutôt bien décrite... Mais le plus important, c'est de faire mieux que la veille, chaque jour. Et je suis morte de rire pour la raquette !!!

      Supprimer
  10. Il n’y a vraiment pas de quoi, c’est naturellement dit et pensé !

    J’essaie chaque jour de faire mieux en ayant des objectifs, en adoptant une attitude plus positive, en ayant plus confiance etc..
    Etant aussi en période de perte de poids, j’essaie d’être moins proche de la mort le lendemain que la veille au sport mais pour l’instant c’est pas gagné le championnat !

    Ta raquette me fait rêver, sache-le haha.

    À très vite sur insta, bisous ��

    RépondreSupprimer

Un petit message ?