Le tabac et moi, un an après...

by - 19:06

Vous n’êtes pas sans savoir que l’année dernière, j’ai tenté d’arrêter de fumer... j’en ai tellement parlé que vous n’avez clairement pas pu passer à côté (j’ai vécu de longs moments d’angoisse et vous m’aviez beaucoup soutenue). Malgré le Moi(s) sans tabac, je n’ai pas réussi à poursuivre je n’étais pas du tout prête, mais surtout parce que le geste me manquait, à chaque seconde de la journée, le matin, le midi, le soir, la nuit... tout le temps ! J’ai cru devenir dingue. Aujourd’hui, je ne me sens toujours pas prête à 100% mais je ressens le besoin de réduire ma consommation de tabac. Pour moi, pour mon fils, pour notre budget, j’ai mille raisons de lever le pied. L’objectif final est l’arrêt complet du tabac, autant pour Damien que pour moi, mais nous avons besoin d’y aller de manière progressive histoire de ne pas finir complètement fous.

Nous fumons tous les deux depuis plus de 15 ans (presque 20 ans pour lui) et je crois qu’il est largement le temps de se remuer ! Je vais vous parler des différentes solutions qui s’offrent à nous aujourd’hui afin d’être dans le concret, mais avant, je pense qu’il est important de rappeler certains chiffres :

"Plus de la moitié des fumeurs réguliers (58 %) hommes ou femmes déclarent avoir envie d'arrêter de fumer, dont 30% dans les 12 prochains mois. On considère que chaque année en France, entre 400 000 et 500 000 fumeurs réguliers arrêtent de fumer chaque année pour au moins un an." Source Tabac Info Service.

"Plus de la moitié des fumeurs déclarent avoir envie d’arrêter de fumer"... je trouve ça plutôt encourageant. J’ai volontairement évité de vous parler des chiffres du tabac, vous savez, ceux qui foutent la trouille. Je pense que les fumeurs sont tout à fait conscients de ce qu’ils risquent et je n’en ai encore jamais croisé un qui se disait surprit d’apprendre que le tabac était dangereux... je ne souhaite pas culpabiliser, ni culpabiliser (vous, moi...), je suis dans une toute autre démarche : essayer de faire mieux, essayer de me libérer progressivement de cette terrible habitude et si je peux embarquer quelques personnes sur ce chemin avec moi, c’est le pompon.

Aujourd’hui, plusieurs solutions s’offrent à nous :

Les professionnels de santé, pharmaciens, médecins, sages-femmes, tabacologues. Les traitements de substitution nicotiniques, les gommes, les patchs, les sprays...
Et le vaporisateur personnel.



D’après les travaux du Haut Conseil de la Santé Publique, le vaporisateur personnel constitue une aide précieuse pour arrêter de fumer. Et ça ne m’étonnes pas du tout !
Pourquoi ? C’est très simple, il apporte une dose de nicotine adaptée qui permet de contrer l’effet de manque physique, elle permet également au fumeur de conserver la gestuelle qui lui manque terriblement dans les premiers temps. Lorsque j’ai arrêté de fumer l’année dernière, j’étais prête à fumer mes cheveux tellement le geste m’obsédait. J’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose en PERMANENCE.

Le Moi(s) Sans Tabac est lancé et à cette occasion, Alfaliquid créé l’événement en organisant un challenge visant à encourager et soutenir les primo-vapoteurs. Une étude démontre que l’influence principale qui mène un fumeur à démarrer la vape provient de la famille, des amis, enfin, des proches en règle générale.

En partant de cette donnée, la campagne "Je suis vapoteur, j’accompagne un fumeur" a vu le jour. Alfaliquid propose à chaque vapoteur d’accompagner un proche fumeur désireux d’arrêter le tabac en boutique. Le responsable de la boutique prendra alors en charge le futur ex-fumeur en lui proposant un diagnostic personnalisé : test de motivation, profil de fumeur, ainsi qu’une "initiation" à la vape qui lui permettra de savoir exactement ce qui lui correspond et comment s’en servir de manière efficace. Les binômes sont ensuite invités à partager leur expérience sur la page Facebook d’Alfaliquid : l’effet boule de neige est en marche ! Certaines boutiques organiseront des Afterworks pour que fumeurs et vapoteurs puissent échanger, découvrir et s’informer. Des flyers seront disponibles pour informer les consommateurs, et avec un support entre les mains, c’est beaucoup plus pratique de transmettre un message, enfin, je trouve !



Quelques mots sur Alfaliquid que j’ai pu tester : "Alfaliquid, des e-liquides pour vaporisateur personnel français labellisés Origine France Garantie, élaborés et produits en accord avec nos engagements en termes de santé du consommateur et de respect des règles sanitaires. Nos trois collections d’e-liquides : Alfaliquid Original, Alfaliquid Dark Story et Alfaliquid Siempre nous permettent de répondre aux différents profils de vapoteurs. Notre ambition, accompagner les vapoteurs débutants pour une vie sans tabac et une vape responsable en proposant des solutions et des produits accessibles et adaptés aux exigences les plus élevées en matière de qualité et de sécurité.". Du sérieux donc !

Les produits sont de qualité, et je trouve la démarche encourageante. C’est beaucoup plus simple d’être guidé et soutenu plutôt que seul et complètement paumé... j’ai essayé le vaporisateur personnel mais j’étais tellement à côté de la plaque niveau informations que je me suis retrouvée avec un matériel inadapté et des produits beaucoup trop forts. 

Maintenant, j’ai décidé d’intégrer progressivement le vaporisateur personnel à mon quotidien, j’ai de l’espoir et j’espère bientôt faire partie du clan des vapoteurs !

Donc, si on résume tout cela : je veux réduire et arrêter le tabac - mais pas brutalement sinon je déraille - j’embarque Damien dans l’aventure, Alfaliquid vous accompagne en boutique (lien pour trouver la boutique la plus proche de vous) pour vous aider à choisir, à comprendre et à réussir.

Pour aider un fumeur ou participer au challenge, rendez-vous sur la page Facebook d’Alfaliquid par ici.

Et moi, j’espère revenir vers vous d’ici quelques mois avec de super nouvelles.

Article écrit en collaboration avec la marque

You May Also Like

3 commentaires

  1. J'ai arrêter un an et demi avec ma e-cig j'étaie arriver au taux 0 de nicotine.
    Puis gros soucis familiale du coup depuis novembre 2013 j'ai reprit la clope. Je songe a arrêter aussi, mais pas d'ici la fin de l'année je ne suis pas prête.
    Je mène le combat contre les kilos ne trop je sais pas si j'arriverai a mener les deux en même temps.

    RépondreSupprimer
  2. Laura, Damien, j'espère de tout coeur que vous arrêterez le tabac ! Même si cela doit se faire progressivement...

    Ingrid ;)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou. J'ai arrêté de fumer le 19 fevrier 2011. Deux mois avant de tombet enceinte de mon petit garçon d'amour. Je ne regrette pas une seule seconde.
    Évidemment qu'au debut la première semaine a ete difficile parfois mais grâce à tabacum en granule nikitin et le spray rescue et pastilles fruits rouges rescue j'ai réussi à ne.plus jamais fumer. Je suis fière de moi aujourd'hui et surtout que j'étais une grosse fumeuse.... plus d'un paquet par jour. Alors courage à toutes et tous on peut tous reussir !

    RépondreSupprimer

Un petit message ?