Premiers pas à l'école : le cauchemar absolu

by - 16:39

J'étais angoissée par ce rendez-vous. Bien que cette étape de la vie soit parfaitement normale j'avais l'impression de perdre mon bébé... Je me suis préparée comme si je me rendais à un bal histoire d'être au moins bien dans mes pompes, mais une petite part de moi était contente car Lucas se réjouissait d'aller découvrir son école et surtout sa maîtresse.

Si j'avais su... 40°, plus de cent personnes, une salle de 80m2, des bancs minuscules, des jouets et des ballons visibles mais enfermés, des parents en retard qu'il a fallu attendre... Au-delà du fait que mon brushing commençait sérieusement à se casser la gueule, mon fils était au bout du rouleau. Il a commencé à s'impatienter très très très rapidement.

Assise sur mon banc et en train de me liquéfier, j'ai vu le drame se profiler devant moi. Après 20 minutes à essayer de le calmer en lui expliquant la situation, les derniers parents sont arrivés. 
La directrice de l'école a alors pris une grande inspiration pour nous souhaiter à tous la bienvenue, malheureusement Lucas a fait exactement la même chose au même moment pour nous pousser le plus puissant des hurlements. Je ne savais même pas qu'il avait autant de souffle. 
Évidemment, pendant ce cri et avant qu'il reprenne sa respiration pour continuer son concerto, la directrice et l'ensemble des gens présents ont arrêté les bruits qu'ils faisaient tous pour nous regarder et nous offrir un magnifique silence

Nous nous sommes excusés et avons tenté de le calmer, la directrice a alors essayé de reprendre son discours, pour un court instant... Je ne sais absolument pas pourquoi mais chaque mot qu'on lui disait le faisait crier de plus en plus fort.
Croyez-moi ou non, cet instant de solitude et de honte suprême est vraiment très angoissant. 

Cet adorable petit garçon s'est momentanément transformé en Gremlins ! Une maman assise derrière nous a probablement eu de la peine et lui a tendu un chewing-gum, c'était si gentil et réconfortant pour nous qui étions un peu désemparés... Manque de bol, Lucas ne connaît pas les chewing-gums, et manque de bol ULTIME, il était à la menthe (complot ?) : alors qu'il se calmait en observant cette drôle de petite tablette, il a croqué dedans...

Vous vous souvenez du premier cri ? Une vaste blague à côté de celui qu'il nous a poussé à trois centimètres des oreilles. J'en ai encore les tympans qui sifflent/saignent.

A ce moment précis, je n'ai plus eu le choix, il a fallu que je l'emmène dans la cour pour essayer de lui parler et lui expliquer la situation au calme. J'ai alors dû me lever, passer devant tout le monde, recevoir les mots de compassion de certaines mamans "parfois on n'a pas le choix", "courage"... Il était trempé... moi aussi. Damien est alors resté et a tenté d'écouter quelques mots malgré les cris de Lucas qui raisonnaient dans la cour. 
De mon côté, impossible de lui parler, chaque mot le faisait hurler, il était en colère et je ne le comprenais plus. J'étais en colère aussi, contre lui, pour la première fois depuis sa naissance. J'ai détesté ce sentiment. 

Puis j'ai vu cette foule se lever, aller visiter les classes (c'était une réunion avec les deux classes de petite section et celles de moyenne section, beaucoup de monde donc), une maman a même fait un malaise tellement l'atmosphère était étouffante. J'ai refusé de rentrer à la maison et j'ai voulu que Lucas découvre sa classe. Le fait de pouvoir bouger lui a fait du bien et nous avons pu faire un rapide tour avant de quitter l'école.

Une fois dans la rue, Lucas est redevenu ce petit garçon drôle, mignon et intéressé par tout... J'ai terminé pieds nus car mes talons me faisaient vraiment souffrir en plus du reste, j'étais à bout de nerfs.

La seule chose positive dans cette pénible aventure c'est que je n'ai plus peur de l'école, bizarrement je suis rassurée... J'espère juste que la rentrée se fera en douceur; je pense que la chaleur, le monde, l'environnement inconnu ont généré une certaine angoisse chez lui, c'est même sûr. Mais malheureusement, il faut toujours qu'il y ait un enfant qui pleure plus fort que les autres et ce jour-là, c'était le mien.

Ps: je suis rentrée chez moi pieds nus, le brushing défait, le pantalon plein de terre et le tee-shirt plein de taches. 

You May Also Like

11 commentaires

  1. Ma pauvre j'imagine ce que tu as pus ressentir 😕!!
    Merci coquin de Lucas 😉

    RépondreSupprimer
  2. Coucou.
    Dut dont ça a été une journée bien compliqué pour vous. Je comprends un peu ton sentiment, la "honte" que tu as pu ressentir car ma fille n'est pas du tout discrète, très rebelle et est vite frustrée. Qu'on me remarque, moi qui suis timide et discrète, je commence à m'y faire. Néanmoins devant autant de monde peut être pas. Réunir tout ce monde en même temps était peut être plus pratique mais pour les enfants, ce n'était clairement pas bon : trop de monde, trop de bruit, trop de tentation, trop d'attente... j'espère qu'il n'aura pas une mauvaise image de l'école. Quoi qu'il en soit tu as fais de ton mieux, tu as su resté calme. C'est derrière vous. Courage piur la suite. Bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Oh ben mince :( faut dire que c'était pas super comme idée. Ce n'est pas évident avec des enfants si petit.
    Ici ils ont donné des petits rdv de 1h. Il y avait 3 autres petites filles en plus de la mienne et on a assisté au cours. Les enfants pouvaient jouer à ce qu'ils voulaient. C'est quand même mieux comme concept.

    RépondreSupprimer
  4. Heureusement pour nous je n'ai eu qu'un rendez vous avec la directrice qui a duré dix minutes et j'ai pu visite l'école seule! Apres, il n'y a que dix élèves dans la classe de mon fils et dans cette école ils estiment qu'ils est absolument inutile de faire visiter l'école à un enfant de trois ans, deux mois avant, dans la mesure où ils ont une mémoire à long terme peu efficace. Je pensais que c'était un peu bâclé mais, apres ton témoignage je me sens chanceuse :)

    RépondreSupprimer
  5. Je pense que tu as ressenti une honte inutile car tous les gens présents, des parents comme toi et des professionnels de l'éducation, SAVENT qu'un enfant, même bien élevé, parfois ça fait du bruit, parfois ça se tient pas en public. Et personne ne trouve ça grave (même si la réaction mécanique de silence tend à faire croire le contraire)

    RépondreSupprimer
  6. Pour ma part, je pense que ton angoisse a généré une certaine angoisse chez lui. Alors si elle est partie, tant mieux pour tout le monde ! Bises

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Laura,

    Les enfants sont des éponges et il a du ressentir le stress que tu avais. Si ton stress face à l école est parti il ne devrai plus le ressentir. Mais profite de l été pour lui expliquer que quand il ira en classe ça ne sera pas comme lors de la réunion il y aura moins de monde dans la classe plein de copains et essaie de trouver des mini films sur le net avec des classes pour qu il voit que c est différent et qu il ne reste pas bloqué sur cette mauvaise expérience. Plein de courage.

    RépondreSupprimer
  8. C'était peut-être une façon d'exprimer son stress, ce qui explique qu'il se soit calmé juste après.

    RépondreSupprimer
  9. Ah lalala.... les premiers jours de maternelles et les hurlements dans les couloirs ! En tant qu'instit c'est toujours un peu la loose de la rentrée. Ces moments d'accueil où c'est à celui qui hurlera le plus fort. Le pire c'est qu'ils sont heureux une fois la crise terminée ! Les pleurs sont normaux dans ces cas là et il faut savoir les accepter et passer outre même si c'est difficile de couper ce lien pour les deux, enfants et parents ! Mais sache que pour les maitresses de PS, c'est aussi une angoisse une fois que la rentrée est là : "comment les faire arrêteeeeer ?!" Ahaha. Courage pour la suite. ;)

    RépondreSupprimer
  10. Je suis directrice d'une grande école et je fais visiter l'école aux familles le jour du 1 er rendez vous, c'est beaucoup plus personnalisé, les parents peuvent me souhaiter toutes les questions qu'ils souhaitent et ça me permet de connaître mieux l'enfant...( langage, attitude...)

    RépondreSupprimer
  11. Je comprends mieux pourquoi la directrice de la future école de notre fils tenait tant à faire le rdv avec les parents SANS les enfants. J'avoue que le stress ajouté à l'attente et à la chaleur, si c'était déjà pénible pour les adultes, cela devait être l'enfer pour les enfants! Bon courage pour la rentrée en tout cas, moi c’est vraiment ce jour là qui m'angoisse à l'avance :(

    RépondreSupprimer

Un petit message ?