Manger pour les mauvaises raisons !

by - 21:21

J'ai récemment eu une illumination, le genre d'événement qui n'arrive pas chaque matin (ahah). J'ai compris que je ne mangeais que très rarement par faim... Vous savez, la vraie faim, celle qu'on ne ressent pas si souvent finalement. J'ai analysé une journée entière grâce à mon application Weight Watchers et j'ai fait un triste constat : malgré un bon contrôle des quantités et de la qualité de ce qui se trouve dans mon assiette, je mange pour les mauvaises raisons. 

À chaque émotion, à chaque moment d'ennui je ressens le besoin réflexe de manger.
Depuis toujours, il ne s'agit pas d'une nouveauté, seulement, étant dans une démarche positive niveau alimentation j'ai décidé d'approfondir tout cela et de comprendre (j'ai toujours besoin de tout comprendre sinon je deviens cinglée).

J'ai donc rapidement capté que mon corps était programmé de cette façon : émotion = "faim". 
Mon corps me demande de la nourriture pour vivre et ça c'est normal, mais il fait la même chose pour tout un tas d'autres raisons.  
Et là, on a un souci ! 

Une habitude de j'ai décidé de perdre. 

"Est-ce que j'ai vraiment faim ou est-ce que je ressens une émotion que j'ai l'habitude de gérer en mangeant ?"

J'ai décidé de me poser cette question avant de penser à manger quoique se soit (en dehors des repas) et finalement, le signal n'est pas le bon.

Je sais que je ne suis pas la seule dans ce cas, nos cerveaux finissent par se planter et répondent "faim" pour ennui, colère, bonheur, angoisse. Nous intériorisons beaucoup de choses une fois adulte et cela doit jouer.

Un enfant en est la preuve vivante ! Il est heureux ? Il crie, court partout et rit aux éclats. Il est triste ? Il pleure, hurle et s'en plaint. Il est en colère ? Jette, tape et se fâche.
Est-ce qu'il mange ? Et bien non. Il laisse sortir ses émotions (sans les gérer bien sur) mais au lieu de compenser par autre chose il réagit exactement comme son corps le lui demande. Instinctivement.

Nous adultes avons l'habitude de dissimuler nos émotions, par pudeur ou pour ne pas heurter, blesser ou inquiéter les autres. C'est aussi ça grandir. Mais parfois il est bon de s'écouter un peu, de décrypter ce dont nous avons réellement besoin. 

Une boîte de chocolats n'a jamais comblé un découvert, un paquet de bonbons n'a jamais fait revenir un amoureux et une crème glacée n'a aucun effet sur l'ennui. 



Prenons alors l'habitude de se poser les bonnes questions avant de courir vers nos placards, c'est ce que je fais et même si les réflexes sont longs à partir, je suis sure qu'ils céderont. Lorsque je détecte une fausse faim, je procède de la manière suivante : 

- Fausse faim -> ennui -> je monte sur mon vélo elliptique, je rédige un article pour le blog, je cuisine un repas sain pour m'avancer dans mon planning, enfin, je m'occupe et change immédiatement d'activité.
- Fausse faim -> angoisse, sentiments négatifs -> je respire, bois un café, passe un coup de téléphone, exprime ce qui me contrarie à voix haute à mon mari ou à mes amies et j'enchaîne ensuite sur une activité qui me plaît comme jouer ou créer avec mon fils
- Fausse faim -> joie, sentiments positifs -> je respire (encore), me réjouis et partage cela avec mes proches toujours à voix haute, je profite du bon moment en me rappelant que la nourriture que je consommerai pour les mauvaises raisons finira par altérer le bien-être présent !

Et vous, êtes-vous de cet avis ? Est-ce que vous mangez toujours par faim ou par réflexe ?

Ps: bilan n°4 Weight Watchers décalé à vendredi (nouveau jour de pesée)

You May Also Like

25 commentaires

  1. Très bonne idée ton article. La faim pour l ennui est celle que je connais le plus. J'ai beau tenter de me changer les idées je finit par craquer pour quelque chose.

    RépondreSupprimer
  2. Je trouve ton article super bien ficelé et en plus ou surtout je M y retrouve. J ai décidé d arrête de fumer pour ses mêmes raisons et je n ai pas repris parce que je n ai plus besoin de cette béquille. Il paraît qu il faut 21 jours pour reprogrammer son cerveau. J ai réussi pour la cigarette et pour le sucre pourquoi pas pour la bouffe automatique. Le plus ayant été le sucre qui M a créé des autres d humeur et des maux de têtes. Je vais tenter de faire comme toi car ta stratégie est la bonnes. J ajouterais juste que c est très féminin cette façon de faire. Mon ami est très mince et mange deux fois plus que moi. La différence est qu il s arrête quand il n a plus faim et mange pas faim comme les enfants d ailleurs. Merci pour ton article. Ton blog est top ainsi que ton IG

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir je suis totalement d'accord avec toi malgré cela je n'arrive pas à m'empêcher de manger. Je suis admirative.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir je suis totalement d'accord avec toi malgré cela je n'arrive pas à m'empêcher de manger. Je suis admirative.

    RépondreSupprimer
  5. Rigolo parce que tu m'avais gentiment rembarrée sous un article nourriture/régime quand j'avais (comme d'autres lectrices) osé parler d'un suivi psy pour les grandes pertes de poids 😊 hé oui, ça part souvent d'un mauvais rapport à la nourriture. C'est dur de bien mettre ses émotions à sa place, c'est clair !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rembarrée ??? C'est tellement pas mon genre que ça m'étonne beaucoup. J'ai toujours beaucoup de plaisir à lire vos conseils, vos avis et je ne m'énerve quasiment jamais sur Internet. Bon après, ça dépend de ta manière de l'avoir dit : "tu ferais bien d'aller voir un psy au lieu de tester 30 régimes différents" par exemple, ça c'est indélicat et ça pourrait me gonfler lol

      Supprimer
  6. C est exactement comme ça pour moi .... souvent quand "je ne sais pas quoi faire" je mange ... abruti de cerveau .... m en passerais bien de ces idées la ...

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir laura, cela fait bien longtemps que je te suis, jusque là je n'avais pas commenté, non pas que je me sente pas concernée car j'avoue que sur beaucoup d'articles je te rejoins et je ressens des sentiments similaires (l'entrée à l'école de ton bébou notamment, le mien entre en septembre :/ ). Bref tout ça pour dire que c'est cet article qui m'a fait sauter le pas, car dans celui ci je me reconnais totalement. J'ai des soucis avec la nourriture (non je viens pas de manger des gâteaux avant de lire ton article :$ lol) je mange par ennui, quand je suis triste, en colère, déçue, parce que c'est l'heure et que mon fils a besoin de repères, de rituels enfin jamais parce que mon corps me réclame juste quand mes émotions et ma tete me le dit! Quel constat...je vais m'appuyer sur tes conseils et peut être qu'ils m'aideront à vaincre ces sales habitudes.

    Desolee pour le pavé, merci pour tous ces articles qui m'aident et me font me sentir moins seule. Bonne soirée bisous

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    Tout à fait d'accord avec cet article. C'est vraiment difficile pour moi de lutter contre ces "fausses faim". On se "console" aussi avec la nourriture. Depuis tout petit c'est comme ça : quand un petit se fait un bobo on a tendance à lui donner un chocolat pour qu'il arrête de pleurer...biz

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Laura,
    Ayant un problème de compulsions alimentaires depuis des années, j'ai travaillé avec une psy et j'ai compris les raisons pour lesquelles je mangeais sans faim. C'est tout à fait ça, on compense, ça ne va pas on se tourne vers la nourriture, c'est aussi une forme de récompense. Malgré avoir bien analysé la situation et en comprendre les mécanismes, je dois dire que j'ai toujours des problèmes avec ça.
    Je te conseille la lecture du livre de Deepak Chopra "se libérer des dépendances", super intéressant, pour ma part, je me suis complètement reconnue dans ce livre, j'ai l'impression qu'il a été écrit pour moi

    RépondreSupprimer
  10. C'est impressionnant! Je vais contrôler et analyser plus mes émotions car j'avoue manger au bureau, les gâteaux à la pause. Au moment où les collègues offrent une friandise...et j'en passe.

    RépondreSupprimer
  11. Nourriture et émotions sont extrêmement liées.
    On commence dans la vie en associant le lait maternel à la sécurité et au réconfort. On mange, on s’apaise et on reçoit de l'affection en même temps.
    Et c'est bien pour ça que les régimes fonctionnent si peu. Par ce que manger, c'est bien plus qu'ingérer des calories. On partage un repas, et donc le plaisir de manger avec les autres. Un bon repas pris seul n'aura jamais la même saveur, qu'un sandwich tout pourri avec quelqu'un qu'on aime.
    C'est aussi notre mode de vie, qui dicte notre façon de manger. Quand on travaille 50h, que l'on est fatigué, on va chercher a se rassurer par des aliments sucrés qui vont masqués temporairement la sensation de fatigue.
    Pour moi, changer son rapport à la nourriture, pour avoir une vie plus saine, ça se joue clairement sur un divan et pas dans une assiette. Tout le monde sait comment "bien manger" et pourtant pour beaucoup c'est difficile voir impossible à réaliser.

    Je te souhaite sincèrement d'avoir un rapport simple et dépassionné à la nourriture.
    Si je n'ai jamais eu de problèmes de poids, j'ai connu cela plus jeune, au point de faire des crises d'angoisse quand j'estimais avoir trop mangé.
    Aujourd'hui je mange tout ce que je veux, sans jamais prendre ou perdre plus de 2/3kg, et surtout je n'y pense plus jamais! J'aime mon corps, j'aime manger, j'aime les autres (enfin y'a 2/3 exceptions!) et je m'aime tout court!!! Ça change la vie!

    RépondreSupprimer
  12. Laura tu à tellement raison !! Je suis suivie par une diététicienne pour un réequilibrage alimentaire ! Depuis février j ai perdu 6 kilos SUPER! Je mange sainement pas de grignotage mais la j ai eu une semaine compliquer à tout point de vu et je perd l apetit un jour et l autre j ai envie de me jeter sur du chocolat j ai l impression de faire un combat avec mon esprit et sa m épuise ! Je vais essayer tes petits conseils Laura et courage à toute celles qui font un régime

    RépondreSupprimer
  13. J'ai beaucoup réduit la quantité de nourriture que je consomme chaque jour, du coup, oui, effectivement, je ressens parfois la sensation de faim maintenant.

    RépondreSupprimer
  14. Merci beaucoup pour cet article ! Il faut vraiment que je réfléchisse à tout ça, c'est tellement inconscient !!

    RépondreSupprimer
  15. Je suis parfaitement d'accord avec toi, on mange par émotion, et aussi par reflexe parce que " c'est l'heure de manger". Souvent je n'ai pas faim, mais c'est l'heure. Ou alors je résiste, puis la gourmandise me rattrape. Et même lorsque l'on a faim, on mange souvent bien au delà !
    Si je ne mangeais que quand j'ai faim, je n'aurais plus jamais à me soucier de mon poids !

    RépondreSupprimer
  16. Oh la la, j'aurai pu écrire cet article ( sauf que je ne suis pas aux "Weight Watchers" et qu'en réalité, j'ai aussi écrit un article à ce sujet).
    Pendant très longtemps, j'ai été comme toi : je mangeais par réaction aux émotions.

    Je suis laide = je mange !
    Je me sens nulle = je mange !
    Je me sens dévalorisée = je mange !
    Je suis triste = je mange !
    Tiens, une bonne nouvelle = je mange !

    Et puis, l'année dernière, comme toi, j'ai eu une illumination !
    J'ai réalisé que la nourriture devait revenir à sa place originelle : une fonction nourricière. Point-barre.
    ( ce qui ne veut pas dire que la nourriture doit perdre de ses qualités gustatives et plaisir; mais, clairement, la nourriture comme doudou, refuge, ami, chéri, etc, etc. : NON ! PLUS JAMAIS ! )

    Du moins, j'essaie :-) . Pas facile tous les jours, mais je tiens le bon bout.

    RépondreSupprimer
  17. Mais carrément de ton avis ouais !!! j'ai fait le même constat il y a plusieurs années, et depuis j'apprécie le moment où je sens que j'ai faim, je n'utilise plus la bouffe comme catalyseur de mes émotions, ça change tout.
    Je découvre ton blog grâce à ta sélection à la une "humeurs" sur Hellocoton, je viens de lire ton précédent article à propos des jouets filles/garçon, de ton avis là aussi, j'essaie de combattre aussi ces foutus préjugés !
    Je sens que je vais me plaire ici ;) Je viens de te rejoindre sur ta page fb du coup
    Je te souhaite une bonne journée, à bientôt

    RépondreSupprimer
  18. Ahaha c'est tellement drôle car je lis ton article en mangeant et avant de manger je m'étais dit que je n'avais pas faim mais qu'il fallait que je mange ... Il est peut-être temps de s'écouter soi-même en fait... :) Merci pour cet article qui m'a vraiment fait réfléchir et j'espère que je m'écouterai mieux et ne mangerai pas "par habitude" ni pour "combler une émotion" mais bien car mon ventre crie famine ;)

    RépondreSupprimer
  19. Je me retrouve parfaitement dans ton témoignage, très bien mis en mots. Il doit y avoir une part d'éducation quand même... Dans ma famille, les mamans font un bon petit plat pour consoler, un bon petit plat pour célébrer, un bon petit plat pour dire je t'aime.C'est dur ensuite de trouver un autre mode de foctionnement. Bon courage dans tn parcours (j'ai à peu près le même)!
    Julia

    RépondreSupprimer
  20. Coucou Laura !

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis là. Sa m'arrive très souvent d'avoir envie de manger quand je m'ennuie, ou quand je suis pas bien/triste, ou quand je dois me concentrer !
    Alors là où je cède plus facilement c'est la faim par l'ennui, en général quand c'est comme ça je me retiens jusqu'à 16h pour la bonne conscience et me prend un petit goûté ensuite ! (J'essaye quand même qu'ils soit à peu près sain, résistons un minimum....).
    Après viens la faim par la tristesse, à laquelle j'ai longtemps cédé... maintenant quand sa arrive j'essaye de me dire "Non ! Tu vas pas ruiner tes efforts à cause de ces personnes ci ou de ces problèmes là !" et je m'améliore ! :)
    Enfin la faim pour la concentration c'est assez différent, je pense qu'elle doit être lié à l'ennuie dans un sens. Mais j'en ai fait l'expérience l'autre jour, pendant que je bossais mon mémoire impossible de tenir concentrée bien longtemps (aussi dû à une position de travail peu confortable..) et j'avais toujours envie de grignoter ! Et dès que j'ai céder à quelques carreaux de chocolats (et changer de lieu de travail), ben j'ai réussi à avancer dans mes recherches ! Bon j'aurai pu essayer juste en changeant de place et sans le chocolat, c'est ce que je ferait la prochaine fois !
    Fight ! ^^

    RépondreSupprimer
  21. Je suis exactement comme ça : je mange par tristesse, ennui ou colère. Je le sais mais j'ai du mal à agir contre ça. J'ai 2 enfants 7 et 9 ans. Quand ma fille pleure pour x raison je lui fais y câlin et pour stopper les larmes je lui dis de boire un peu d'eau. J'espère que ce réflexe lui permettra de ne pas faire la même bêtise que moi.Difficile de gérer les crises quand à la maison il y a des bonbons et gâteaux pour les enfants et le pire ma grande addiction le nutella !! Et puis je ne bosse pas alors dur dur de résister. Est ce que tu as déjà lu "les kilos émotionnels "?

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour Laura, alors moi je ne dois pas être comme tout le monde car je ne mange jamais par ennui, contrariété, joie etc.....Et pourtant j'ai faim quasi en permanence (mais la vraie faim avec le ventre qui gargouille au point d'en avoir la nausée parfois), je me contente de faire mes 3 repas par jour + un goûter. Le soir je me couche en ayant faim mais ce n'est pas pour autant que je vais "petit-déjeuner" dés que je me lève le lendemain.

    En 2010, j'ai consulté une diététicienne pour un rééquilibrage alimentaire, j'avais entre 15 et 20 kg à perdre et je n'avais jamais fait de régime de ma vie. Elle a vraiment fait en fonction de ce que j'aimais et de ce dont j'avais envie, rien n'est interdit (mon plaisir à moi c'est le chocolat, j'ai toujours pu manger du nutella la matin, un goûter, 2 carrés de chocolat le soir si j'en avais envie...) et en ayant des repas "plaisir". J'ai perdu 17kg en un an (que je n'ai pas repris), depuis je garde la même façon de manger je vais la voir environ 3 fois par an mais par choix de ma part, par sécurité.
    Je ne dis pas que c'est facile tous les jours mais je culpabilise tellement quand je fais plus d'écart que prévu que finalement je ne prends aucun plaisir. Et puis, du coup, je peux te dire que je les savoure mes petites gourmandises sucrées.

    Voilà, désolée pour le pavé mais j'étais lancée. ;)

    Julie.

    RépondreSupprimer
  23. J'aime bien ton article ! :) Surtout quand tu compares les émotions et la fausse faim. Bravo

    RépondreSupprimer
  24. Pour ma part, c’est plutôt par réflexe, ou alors, lorsque je reste trop longtemps devant mon bureau, j’ai une folle envie de grignoter… oui, une mauvaise habitude à perdre rapidement. :(

    RépondreSupprimer

Un petit message ?