5 choses qui ne m'inquiéteraient plus si j'étais (à nouveau) enceinte

by - 18:21

Je suis une femme stressée et j'ai été une femme enceinte stressée. J'avais peur de tout et je me posais 12 questions par seconde, tout était pour moi source d'inquiétudes ! Seulement, grâce à cette première grossesse, certaines peurs et interrogations qui me terrorisaient ne se représenteront pas si j'étais à nouveau enceinte...

La préparation à l'accouchement 

Je ne me voyais pas dans ces salles, avec mon gros ventre, mon incapacité à bouger, ces tapis et autres ballons gonflables. Ce n'est vraiment pas mon truc. Lorsqu'on m'a parlé de chant prénatal j'ai rendu les armes et définitivement abandonné l'idée de participer aux cours de préparation à l'accouchement. Et même si je suis convaincue de l'utilité de ces cours pour démystifier l'accouchement et aider bon nombre de mamans et papas, je suis convaincue que pour moi ce n'était pas utile. J'étais tellement paniquée que j'arrivais à peine à me souvenir de mon prénom alors une technique de respiration... 

Au final, l'accouchement s'est très mal déroulé et je n'ai rien pu gérer. Je me suis aussi rendue compte qu'accoucher était quelque chose de parfaitement naturel et que tout se faisait presque "tout seul", le corps est tellement bien fait... Donc, pour le prochain, je laisse ma place !

La pudeur

"Quelle angoisse de se retrouver les fesses à l'air devant un inconnu", j'étais vraiment très angoissée par ça aussi. Et j'ai tout de suite compris que la grossesse n'allait pas être de tout repos à ce niveau lorsque pendant la première échographie le technicien m'a dit qu'à ce stade il était impossible de voir le bébé de "l'extérieur" et qu'ensuite, il a sorti une sonde gigantesque... Au début, c'est très perturbant mais on comprend vite que notre corps est juste une machine qu'ils surveillent, ils n'ont pas le même regard que nous. Je suis pudique à point, vous n'imaginez pas ! Et pourtant, j'ai fini par m'y faire, et heureusement ! Le jour de l'accouchement, alors que j'étais dans une position très flatteuse (et que les soucis ont commencé) il n'y avait plus deux mais huit personnes autour de moi... 

Et je n'ai même pas prêté attention à tout ça, c'était un détail, ils n'étaient pas là pour me scruter, me détailler où se moquer de moi, ils étaient là pour nous aider à éviter le pire.
Désormais, je n'aurai plus peur de retirer mon pantalon.

Les vraies contractions 

Grande question qui a hanté toutes les heures de mon dernier trimestre de grossesse... Et si je ne reconnaissais pas les vraies contractions ? Si le travail commençait sans que je ne m'en rende compte et que j'accouchais dans la galerie marchande de Carrefour ? Dans la voiture ou sur le parking ?
Comment j'ai pu m'inquiéter pour ça ? A la seconde où les vraies contractions ont commencé, j'ai su que c'était LE moment. Non pas par intuition ou instinct maternel, non non, parce que j'étais pliée en huit sur ma table basse.

J'ai su qu'elles étaient différentes de celles que je calculais tranquillement installée sur mon canapé en retenant mon souffle histoire d'être sure de bien les sentir... Ça n'a rien à voir et je n'aurai plus cette inquiétude si je devais être enceinte à nouveau.

Le droit de dire non (personnel médical désagréable)

J'ai vraiment beaucoup de mauvais souvenir lorsque je pense à ma grossesse. J'ai eu la chance de rencontrer des praticiens adorables mais d'autres ont été de véritables tyrans. Je me souviens de cette sage-femme d'une cinquantaine d'années qui m'avait accueilli en étant outrée par mon surpoids, elle me conseillait alors de réduire considérablement mes apports (pas de fruits, pas de féculents...) tout ça cul nu ! Oui, elle a décidé de me faire une leçon de diététique juste après m'avoir demandé de me déshabiller. Selon elle, je n'aurai pas dû prendre ces 5kg pendant les six premiers mois de ma grossesse mais perdre du poids. Selon elle, c'est ce que l'on demande aux filles "comme moi"... 

Si j'étais enceinte à nouveau, je remettrais ma culotte (il faut toujours commencer par ça pour être crédible),  je lui conseillerais gentiment d'arrêter de me gonfler puis je sortirais de son bureau. Maintenant, je sais qu'on a le droit de dire non (ou merde, selon les circonstances).

Les vergetures 

Trop tard... Je n'ai pas eu de chance. J'ai pris soin de la peau de mon ventre très tôt pendant la grossesse mais cela n'a pas suffi. Matin et soir j'appliquais soigneusement une huile spécifique et j'avais un ventre plutôt petit, même tardivement... Malgré tout cela, ma peau s'est faite la malle. 
Je ne me poserai alors plus de questions au niveau des vergetures puisque je ne les crains plus : elles sont déjà là !

Et vous, racontez-moi ?

You May Also Like

9 commentaires

  1. C'était exactement pareil pour moi au niveau des contractions ! J'avais tellement peur de ne rien senti et d'accoucher d'un coup e' pleine rue avec tout le monde qui te regarde perdre les eaux et tout et tout...! Mais en effet effet, les vraies de vraies on les reconnait tout de suite donc je n'aurais plus de soucis avec ça ! Et ce qui est sur aussi c'est qu'après une grossesse le mot "pudeur" ne prend plus le même sens ! Encore un super article en tout cas !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AHAH mais oui on s'inquiète pour rien, comme pour 50% des choses lors de la première grossesse finalement...

      Supprimer
  2. Alors moi pour les "vraies" contractions même a ma deuzieme grossesse je n'ai pas su les reconnaitre, et pour cause, tout le long du travail je dansait au lieu de hurler de douleur (comme pour la 1ere fois) lol mais j'ai fini par un déclenchement ---> 14h de travail en tout pour Bébé 2 (Izia 3ans) contre 9h pour Bébé 1 (Anna 5ans). J'ai eu aussi droit a l'exploration avec la mega sonde et insérée avec toute la douceur du monde (ironie puissance 1000 !) enfin bref, je te comprend quoi ! =P
    Bizoux ma belle et merci pour ce billet =)
    Romilda Vane (FB)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelle angoisse ! Tu m'inquiète là lol. Plus de 17h de travail pour Lucas, j'espère bien mettre moins de temps pour le second (s'il arrive un jour). Merci pour ton petit message qui m'a quand même fait rire <3

      Supprimer
  3. Oui c'est assez lamentable cette pseudo autorité que peut se donner le personnel médical alors qu'on se sent en situation très dépendante! Mais eux aussi connaissent leur gd moment de solitude ds d'autres situations crois moi!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Laura, je viens de découvrir ton blog qui est vraiment formidable!! J'ai eu plaisir à lire beaucoup d'articles!! Et lorsque que j'ai lu celui ci je me suis totalement reconnue dans tes propos!! Tu as cité toutes mes craintes avant d'accoucher qui au final le jour de l'accouchement ne m'ont même pas effleuré l'esprit!!! Je t’embrasse et merci pour cet article!!! Virginie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup Virginie pour cet adorable message <3

      Supprimer
  5. AHAH mais oui on s'inquiète pour rien, comme pour 50% des choses lors de la première grossesse finalement...

    RépondreSupprimer

Un petit message ?