Harcèlement et retour à l'école

by - 12:39

Il me reste 14 mois. 14 mois pour me préparer à tous ces chamboulements. L'école m'a toujours fait peur, quand j'étais petite j'avais peur des mauvaises notes, des punitions, de perdre mon cartable ou mon manteau. Puis mes peurs sont devenues plus intenses et justifiées lorsque j'ai mis les pieds au collège... ma scolarité a tourné au cauchemar. J'ai été harcelée pendant presque deux ans par un groupe de filles et aujourd'hui l'école est pour moi synonyme de danger, avant même de parler de sociabilisation ou d'apprentissage. J'ai vécu l'enfer et personne ne m'a aidée. 

Dans 14 mois mon fils rentre à l'école. Je ne peux pas être sereine vis-à-vis de ça à cause de mon parcours. Bien sur, chaque enfant est différent mais personne ne peut formellement m'assurer qu'il ne sera jamais confronté à ça.

La relation entre les parents et l'enfant n'a rien à voir là-dedans, j'étais parfaitement fusionnelle avec ma mère qui n'a su ce qu'il se passait que deux ans après, et malgré moi car j'avais peur. Une journée un peu plus violente que les autres, les insultes ne suffisaient plus, je suis revenue avec des marques autour du cou...

En tant que maman, j'ai envie de croire que tout ira bien, que les professeurs sont sensibilisés à ce fléau, vigilants et que je peux leur confier l'être le plus précieux qui soit. J'ai envie de leur faire confiance. 

Mais en tant qu'ancienne élève harcelée je ne peux pas prendre ce risque, j'ai en mémoire le sourire de ce professeur de maths qui trouvait certaines moqueries très drôles alors qu'elles me ravageaient; j'ai également souvenir des mots de cette surveillante qui m'aidait à ramasser les feuilles de mon agenda qu'elles avaient d'abord recouvert d'insultes puis découpé en mille morceaux : "Oh c'est rien, t'en achèteras un autre. Elles ne t'ont pas frappée non plus !".

Tout le monde aurait pu intervenir car tout le monde le voyait mais personne n'a bougé. 

D'ici 14 mois je vais devoir accompagner mon tout petit garçon dans cette classe, avec ces autres enfants que je ne connais pas. Je vais devoir le laisser grandir et apprendre sans pouvoir le protéger. J'ai peur, j'angoisse mais je n'ai pas le choix. Mes peurs ne doivent pas empiéter sur son bien-être et son développement. La seule chose que je peux faire c'est m'impliquer à 100% dans sa vie scolaire et être attentive à tous ces petits signaux qui peuvent être des indices afin de le protéger, même lorsque je ne suis pas là...


Dans un an, je retourne à l'école par procuration et j'ai 1001 craintes. 

You May Also Like

25 commentaires

  1. Courage ma fille commence l'ecole en septembre et j'ai aussi peur qu'on s' en prend a elle mais je vais etre vigilante en esperant que sa n'arrive pas

    RépondreSupprimer
  2. Coucou, je te comprends parfaitement dans ce billet car je me retrouve dedans malheureusement surtout pour la partie collège... Ma fille entrera à l'école en même temps que ton bebou, er ça m'angoisse déjà... Comme toi j espère être assez vigilante et attentive afin que cela ne se reproduise pas, et même si on ne pourra les protéger de tout, qu'elle puisse avoir confiance en elle et en l'avenir.... Même si cela n'est vraiment pas facile !! Allez courage, dis toi que ça ira, tu n'es pas seule dans ce cas je te rassure ! Profite de la dernière année avec ton fiston (mot de vieille lol)comme je vais le faire avec ma puce ! Gros bisous et bravo pour ton bloc(ce qui je suis sûre est une jolie revanche)
    Laura

    RépondreSupprimer
  3. future enseignante (et en maternelle, j'aimerai beaucoup) je ne peux qu'être sensible à ton angoisse. je te dirai d'être attentive à ton fils, de lui confier tes craintes, d'essayer de l'armer pour la vie en collectivité mais aussi de lui faire confiance. Il y a 99% de chances pour qu'il échappe à ça, grâce à ce qu'il est, grâce à son caractère. Encourage le, et veille aussi à ce que jamais il ne soit celui qui harcèlera un petit camarade...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai cette même peur que toi, les enfants sont tellement méchant entre eux, c'est horrible et d'autant plus horrible que les adultes dans les établissements scolaires ne soient pas attentifs à ces attitudes. Ma fille à 4ans je ne l'ai pas scolarisée l'an dernier à cause de mes craintes mais cette année j'ai du me résoudre à l'inscrire car ça ne fera que reculer le problème si je ne l'inscris pas. J'espère que tout se passera bien mais dans le fond j'ai cette peur constante que mon entourage ne comprend pas, je n'ai pourtant jamais était harcelée mais j'ai souffert de phobie scolaire j'ai arrêtée l'école très tôt bref je serais extrêmement vigilante au moindre signe et ne laisserait rien passé. Bon courage à toi profite des ces mois restant au près de ton bébé. Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai que 18ans mais je comprend tout à fais ton sentiments, surtout quand je remarque que de nos jours, la plus part des jeunes parents n'en n'ont riiiien a faire de leurs enfants et que, si l'on as le malheur de leurs parler du harcèlement scolaire, ils nous répondent avec dédain et condescendances, nous faisant nous sentir stupide et limite parano par la même occasion... Personnellement, si plus tard j'en ai les moyens, je prendrais des précepteurs à mes enfants, et si je n'ai pas cette chances, alors je parcourrais la France à la recherche d'une école où mes enfants ne seront pas livrés à eux-même au milieux des monstres qui se cachent parfois à l'intérieurs de certains petits bambins !
    Dans tout les cas, le plus important et que tu ne transmette pas ton stresse à ton enfant, sinon, c'est sure qu'il partira avec des aprioris, et aura une mauvaise image de l'école, provoquant une démotivation et entrainant dans le pire des scénario : une phobi-scolaire, qu'elle soit justifié ou non !
    Si tu sens que les professeurs sont "abordables" et à l'écoutes, parlent leurs, et surtout, essaie de donner une bonne image de l'école à ton enfant, prépare le, parle lui des choses merveilleuses qu'il va apprendre, et des amis qu'il va se faire ! Encore une fois, ne lui transmet pas ton stresse !

    Je suis tombé sur ce blog par hasard :') en tout cas je te souhaite une bonne continuation ! Toi et ton petit, vous etes magnifique !

    RépondreSupprimer
  6. La seule chose que je peux te dire sur le sujet, de mon expérience d'instit, c'est que les enfants sont des éponges à émotions, tu le sais. Ce serait vraiment dommage que TES craintes deviennent les siennes : il n'est pas toi, il aura peut-être (même sûrement) une expérience très différente de l'école... Si tu lui en laisse la possibilité... Si tu n'instille pas dès le départ dans sa cervelle des signaux négatifs vis à vis de l'école...

    Et oui, les professeurs, dès les plus petites classes, sont sensibilisés au sujet du harcèlement, qui fut une des priorités de l'Education Nationale pour l'année scolaire 2013/2014, si ma mémoire est bonne, avec des circulaires officielles hyper chiadées sur comment détecter et comment lutter contre... Après, il n'y a pas de miracle : c'est toujours très délicat à traiter car les enfants sont très forts pour cacher ce qu'ils veulent cacher, mais oui, on est vigilants...

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Laura,
    Je suis sensible a ton article car je suis assistante sociale dans 3 collèges et le harcèlement fait parti de mon quotidien.
    Je veux te rassurer en te disant que ce phénomène est reconnu aujd contrairement à notre époque ( nous avons le même âge 😊). Le harcèlement fait parti des grandes priorités de l'éducation nationale. Agircontreleharcelemen.gouv est bien construit et s'adresse a tout le monde. Néanmoins il faut que tu sois vigilante a ne pas transmettre tes peurs à Lucas. Ce qui t'es arrivé ne lui arrivera pas forcément. Je ne te promet pas que tu tomberas que si des gens attentifs a cette problématique mais aujd il y des ouils et des moyens pour que cela s'arrête alors servez vous en! 😘

    RépondreSupprimer
  8. j'ai eu la chance de jamais avoir vécu de moqueries, de méchanceté malgré mon handicap moteur. Mais des personnes dans la même situation que moi on subie des choses pas très sympa. En les écoutant raconter cela. Je me dit "mais comment cela est possible d'être aussi méchant avec les personnes ? " Je te comprends et sa me met hors de moi que des personnes peuvent être aussi méchante !

    RépondreSupprimer
  9. Courage :) Ce qui change entre ta scolarité et celle de ton enfant, c'est que toi tu as vécu le harcèlement. Tu sauras sans doute quoi lui répondre, quoi faire, quand ton fils t'en parlera. Le personnel enseignant commence aussi à comprendre le souci du harcèlement scolaire. A ton époque, ou en tout cas à la mienne, c'était pas comme ça. Harcelée de la 6ème à la 2nde, pas une personne ne m'a défendu. Mes "amis", mes professeurs, le personnel de l'école, même mon frère. Tous me disait "ne leur prête pas attention, quand ils verront que ça ne t'atteint pas, ils arrêteront", mais c'est quoi cette phrase débile ? Personne n'a jamais arrêté de harceler quelqu'un parce qu'il n'y avait aucune réaction. C'était pire même, elle ne réagit pas ? Autant s'en donner à cœur ouvert alors !

    Tu as vécu tout ça, tu sais à quel point les gosses peuvent être méchants, à quel point le personnel peut être con pour ne pas s'en apercevoir, tu pourras + faire bouger les choses que tes parents. Tu pourras obtenir les noms des petits cons qui harcèlent ton fils et avec des mots justes, convaincre leurs parents de faire quelque chose à l'éducation de leurs enfants.

    Courage ♥

    RépondreSupprimer
  10. Coucou, je voulais commenter ton article car mes années passées à l'école n'étaient pas très heureuses non plus. Ce n'était pas extrême comme toi, mais il y avait aussi un groupe de filles qui m'embêtait tous les jours, critique après critique. Je me sentais très seule, mais heureusement j'étais toujours avec une autre fille dans ma classe, qui était dans la même situation que la mienne. D'ailleurs elle aussi se faisait critiquer, voir plus que moi.
    Je suis éducatrice de l'enfance, et pour avoir travaillé avec des enfants de 4 à 9 ans. ce sont surtout les plus grands qui ont tendance à mettre de côté un enfant, à le critiquer et tout. Nous on avait beau expliquer les notions de respect etc, mais ça ne changeais pas beaucoup. Les enfants reproduisent énormément ce qu'ils vivent à la maison ou comment les adultes ou autres enfants entrent en relation avec eux, du coup ils font pareil. Mais je comprends ta crainte, et je rejoins l'avis de Psycho Sexy, les avis sont des éponges à émotions, donc sois confiante et à l'écoute et j'espère que tout se passera pour le mieux :) courage en tous cas, donne-nous des nouvelles ! bisous ♥

    RépondreSupprimer
  11. Je te comprends. Heureusement, je crois que le personnel enseignant est mieux sensibilisé à ce sujet qu'à notre époque.
    Ce n'est pas en maternelle qu'il y a le plus à craindre je crois. Bien sûr, les enfants peuvent se malmener entre eux parce que les personnalités plus fortes prennent le dessus, mais ça ne sera comme ce que tu as connu.
    Et par la suite, bien lui expliquer que ce que les autres n'ont pas le droit de faire et qu'il faudra t'en parler si ça arrive (comme on explique qu'on ne doit pas partir avec un inconnu).
    Courage, tout va bien se passer

    RépondreSupprimer
  12. Mon petit frère à eu quelques soucis à l'école, c'était un gamin gentil, trop gentil, qui se faisait marcher sur les pieds. Mes parents l'ont inscrit au Karaté à l'âge de 6 ans. Maintenant, il a 15 ans, il a le niveau ceinture noire (il n'a pas le droit de l'avoir pour le moment parce qu'il est jeune). Avec le temps, il a pris confiance, le Karaté lui a permis d'acquérir une belle maturité.
    Il se laisse pas faire et sait gérer pas mal de situation pour son âge.
    Evidemment, il faut pas croire que le Karaté il s'en sert pour faire peur, se battre ou autre,
    pas du tout, puisque pendant l'apprentissage, on apprend à se contrôler.
    Je pense que c'était la bonne chose à faire pour lui.
    Je ne suis pas maman mais je pense que c'est intéressant de faire pratiquer un sport qui nécessite de la discipline et régularité à côté de l'école. De plus, ça a permis à mon frère d'avoir des copains avec qui il partageait une passion commune, et ça dure depuis longtemps, et on sait que les "vrais" amis c'est important pendant la croissance.
    D'ailleurs, tu peux t'inscrire aussi, pour évacuer le stress x)

    RépondreSupprimer
  13. Au lycée, ma meilleure amis et moi avons été harcelée par un groupe de 3 filles. C'était certes plus léger ("juste" des insultes et des menaces) mais lorsque nos parents sont venus se plaindre au lycée, on leur a dit que ces insultes faisaient partie du vocabulaire normal des lycéens et rien n'a été fait pour ces filles si ce n'est un avertissement.
    Malgré tout cela ne m'a pas du tout donné la phobie de l'école. Je peux comprendre tes appréhensions mais c'est dans plus d'un an... Ca sera la maternelle aussi...

    RépondreSupprimer
  14. Hello, je viens de lire cet article, et je me sens tellement concernée ! Moi aussi j'ai été victime d'harcèlement au collège mais j'ai eu la chance d'avoir une super CPE qui m'a beaucoup aidé. Ma chance a été que j'ai subi cet harcèlement en 3ème et que l'année d'après on se séparait tous pour le lycée. Mais bon après chaque enfant est différent et heureusement qu'on est pas tous touché par le harcèlement scolaire. Je pense que les écoles et les surveillants surtout devraient être beaucoup plus attentifs aux comportement des étudiants ...

    RépondreSupprimer
  15. Comme je te comprends .. Dès la primaire (après les maternelles pour la Belgique), j'ai été la cible facile pour les autres..
    Ont se moquait de moi car je porte des lunettes (depuis mes 02 ans) et donc par moment si je suis dans les nuages où quoi il m'arrive de loucher :/
    Ont se moquait de moi car j'avais les cheveux très bouclé, ce qui as fait que depuis le moment où les moqueries à ce sujet ont commencé, j'ai fais acheter un lisseur à ma mère, et je lissais mes cheveux tout le temps... Aujourd'hui, j'ai 24 ans bientôt, mes boucles ne sont plus la, je n'ai que quelques "ondulations" (comme quand ont boucle ses cheveux et qu'après on passe la brosse dans les cheveux)
    Ont se moquait de moi car j'étais nulle en Math.. Bref, j'ai vraiment mal vécu mes primaires, ensuite mon entrée en secondaire c'est mieux passé, j'avais des amies, mais lorsqu'elles n'étaient pas la, (malade où que sais-je) j'étais perdue, seule, dans mon coin, je ne parlais à personne, je n'avais envie que de pleurer ! Rentrer chez moi ..
    Mes copines s'entendaient avec toute la classe, pas moi.. La plupart ne m'aimaient pas..

    Aujourd'hui, comme toi je le vis mal, mon fils entre en 3è maternelle, j'ai tout le temps peur qu'il se fasse rejeter, qu'il soit la personne sur qui ont se défoule.. Son père lui c'était le contraire, il as toujours su montrer qu'il n'avait peur de personne, foncer dans le tas si ont le cherche, du coup il essaie de faire en sorte que nôtre fils ne se laisse pas faire, mais je ne suis pas d'accord avec sa façon de penser/agir ..

    Nôtre fils est souvent rentré de l'école me disant un tel m'a frappé, un tel m'a poussé, je lui disais de le dire à madame au bout d'un moment il m'a répondu " mais madame elle m'écoute pas, madame elle ne dit rien " du coup ça m'a énervé, je lui ai dis ben si on te frappe, tu fais pareil ! Mais le truc c'est que j'ai peur que sa retombe sur lui, que comme par hasard la prof' voit au moment où mon fils se défend parce qu'il ne frappe pas sans raison, sa non !

    RépondreSupprimer
  16. Mais tu n'es pas obligé de le mettre à l'école ...

    RépondreSupprimer
  17. Je connais très bien le problème, pour l'avoir vécu de la maternelle à la terminale... Je comprends ta peur, mais ton bout de chou s'en sortira sûrement :) Sois optimiste!

    Bisous

    http://paulynagore.blogspot.fr/

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Laura,
    Je m appelle Audrey, j'ai 28 ans et j'ai comme toi un petit garçon qui a eu 2 ans en mai dernier. Moi même j'ai été victime de harcèlement certes à petite échelle, je me souviens en ce1 un enfant me raquetté mes affaire en me fessant peur. En 6eme une fille m avait prise en grippe et m'avait insulté mais j'en ai parlé de suite à mes parents qui ont rencontré le cpe, et tout était fini. Au final en parlant les problèmes se sont résolus. Ce que j essaye d expliquer et que si tu instaure un rapport de confiance, de dialogue avec ton fils il te parlera de lui même comme je l'avais fais a l époque. Après personnellement ca ma forgé mon caractère je me suis plus laissé faire c'est un mal pour un bien d affronter la collectivités ! Et mon dernier conseil, le choix de l école! Attention au écoles de secteur dont tu dépend, un jour à la sortie de l école où doit aller ton fils, va faire un tour, écoute, observe, ca te rassureras certainement ou peut être te diras non il doit aller ailleurs. J'espère que j'ai pu t'aider.

    RépondreSupprimer
  19. J'ai connue ça aussi! Harcelé et menacer à un point où j'en ai eu marre et laisser tomber mes études! Le lycée où j'étais en avez rien a faire de ce qui se passer.

    RépondreSupprimer
  20. Je me reconnais énormément dans ton article, ayant moi même été victime harcèlement pendant deux ans au collège. Je venais de changer de collège et de ville, j'était la "nouvelle" et le jour de ma rentrée, toutes les filles de ma classes ont fait un pacte pour " me faire la misère" selon leurs propres mots, jusqu'à la fin du collège. J'était seule, aucun moyen de riposter. C'était des insultes, des moqueries, elles me rabaissaient et m'humiliaient en permanence. Et les autres, leurs amis suivaient eux aussi. On me crachait dessus, me lançait des sacs à dos du haut deq escalier, en sport on me lançait des ballons, on me tirait les cheveux, menaçait de me frapper pour un oui pour un non. On me faisait faire des pari stupide sous la menace. Elles imaginaient des ragots pour me faire une réputation la plus sale possible. Jusqu'à pirater mon msn et parler en mon nom en me faisant passer pour la plus grosse trainée de la ville. C'est aller plus loin mais je ne rentrerais pas dans d'autres détails. Chaque matin, chaque jour, chaque cour, j'avais envie de mourir, c'était des supplices. La différence avec ton histoire ce n'est pas que personne n'a agit en voyant ce qu'il se passait, non, je n'ai rien dit durant deux ans et personne ne s'est rendu compte de rien. Pas même mes parents. J'ai subi en silence, je me sentait si seule que j'avais sûrement peur que partout où j'irais, ce serais la même chose, qu'on ne me croirait pas. Arrivé au lycée tout à changé. Ces deux ans on créé une fissure en moi. J'ai eu énormément de problème de comportement au lycée qui ont bousillé ma scolarité, moi qui avait de très bonnes notes. J'était devenue incontrôlable. Je ne voulais plus donner à quiquonque l'occasion de me faire du mal. J'ai eu un comportement très violent et agressif même envers les professeur et mes parents, des bagarres avec des élèves, des conneries à répétition, des crises de nerf en cas d'autorité. Je n'avais plus peur de personne. Sauf que je ne me gérais plus moi même, ce n'était pas voulu, juste le résultat de deux ans de haine et d'injustice. Et puis j'ai changé de lycée, et décidé de changer. De devenir posée, de faire un gros travail sur moi, devenir quelqu'un de nouveau en laissant le passé derrière. Et j'ai réussi à canaliser cette rage. Ces deux ans m'ont brisé mais m'ont donné une force de caractère et un mental inébranlable. Mon fils rentrera à l'école en Septembre prochain. Et tu sais quoi ? Je ne m'inquiète pas. Rassure toi. A la différence d'autres parents, tu as connu le harcèlement. Tu sauras l'aider à s'adapter et à trouver des solutions. A l'aider comme personne ne t'a aider. A reconnaitre les signes de souffrances même si il ne te dit rien, même si personne d'autre voit que quelque chose ne va pas. Tu sauras anticiper, prévenir, agir. Tu sauras rendre les choses différentes. Et surtout tu prendras ça au sérieux, connaissant cette souffrance. Mais là je te parle du pire. Si ça arrive tu seras là. Car si tu dit que tu vas revivre l'école par procuration, tu sauras aussi comment vaincre tout ça avec cette fois les cartes en main. Ce que tu as vécu n'auras pas été vain. Mais trève de pessimisme, je suis sur que ton petit bout sera celui que les filles adoreront, que les petits garçons inviteront toujours à jouer avec eux, qu'il sera toujours invité aux goûters d'anniversaire ! Et plus tard celui qui sera choisi le premier dans les équipes de sport, les binômes, les exposés !! ;) Bisous et désolé pour le roman !

    RépondreSupprimer
  21. Tu as du avoir une grAndré menace pour se sentir menacée comme ça...
    Tu va me trouver gamine mais g 13 ans et je suis victime de harcèlement scolaire depuis le ce2...
    Un garçon m'aime, moi non, pour se venger il fait de ma vie un enfer...
    Il y a 3 jours il m'a coincé dans une rue et a essayé de me violer.
    Je lui ais mi un coup de pied dans la tête (je ne suis pas du genre a me laisser faire...) et je suis partie.
    J'ai décidé d'en parler, j'arpente les blogs depuis plus d'1 h et je tombe sur ce blog.
    Je crois que je suis en train de bousiller ma vie, je suis tombée dans l'anorexie et aujourd'hui j'essaie de m'en sortir...
    Ce serait cool que, si quelqu'un me réponde, qu'il ne dise pas quelque chose du genre : "oh la pauvre"!
    Je déteste ça
    Appelez moi Little Butterfly
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut impérativement que tu en parles à tes parents et que vous déposiez plainte ! Ne reste pas comme ça, c'est bien trop grave et dangereux. Dès demain matin !!

      Supprimer
  22. bonjours, j'ai 13 ans et pendant 3 ans j'ai connue un enfers. je ne savais plus quoi faire, frappée, rabaissée tout étais bon pour me rendre malheureuse, je ne savais plus quoi faire. quand on a un avis exterieur c'est tellement plus facile de dire qu'il faux en parler. mais la chose qu'ils ne savent pas c que au contraire il n'y a rien de plus horible que d'en parler. on a honte de ne rien faire, on on as honte de le dire. alors si il y a as qui lise ce commentaire, je vous dis d'en parler a vos parents, un adulte, la famille, un amis. qui vous voulez mais parler en. vous ne pouvez pas savoir a quelle point je regrette de ne pas en parler. meme maintenant je ne dévoile qu'une petite partie de cette histoire, et le peux de temps me fait lacher des larmes. ces très dure de l'affronter mais c'est possible, tout est possible. moi je l'ai fais, je vous cache pa que c'est l'une des choses que j'ai eu a faire les plus compliquer de ma vie. alors maintenant j'ai tellement changée que mes amis ne me crois pas, mais il reste une petite chose, une petite partie qui me r'attache a cette periode de ma vie. par exemple j'ai une fille qui est arriver dans ma classe, très fort caractère un peu cité, bref je pense que vous voyer le personnage. je n'arrive pas a etre superieur. alors un petite frappe sur l'epaule, le crane, le dos. je n'arrive pas. j'y m'es toute ma volonté mais je n'y arrive pas. meme si vous changer completement vous n'y arriverer jamais completement, mais vos mieux essayer mais un max de résulats, mais le plus important rester vous-meme

    RépondreSupprimer
  23. Courage dans tout les sens du terme, ne surtout pas se laissé faire et en parlé dès les premier signe de harcèlement scolaire. Le silence est l'erreur à ne pas commettre, cela favorise l'emprise du harceleur sur sa victime. Découvrez tous les types de harcèlement à l'école https://www.harcelementscolaire.com

    RépondreSupprimer

Un petit message ?